Régionales : l'incroyable subterfuge du candidat RN en Territoire de Belfort

Régionales : l'incroyable subterfuge du candidat RN en Territoire de Belfort©Panoramic (photo d'illustration)

publié le lundi 03 mai 2021 à 16h17

Kamel Agag-Boudjahlat, présenté tête de liste du Rassemblement national dans le Territoire de Belfort, a décidé de jeter l'éponge. Son objectif était d'infiltrer le parti "pour faire le buzz", alors qu'il projette d'écrire un livre, rapportent L'Est Républicain et France Bleu, lundi 3 mai.

Coup de théâtre dans le Territoire de Belfort ! À quelques semaines des élections régionales, qui se dérouleront les 20 et 27 juin prochains, la tête de lise du Rassemblement national à fait une révélation fracassante.

Ce n'est pas exactement le scénario du "Baron Noir", mais l'intrigue politique en vaut le détour. Samedi 1er mai, Kamel Agag-Boudjahlat a été présenté comme tête de liste pour le Rassemblement national, auprès de Julien Odoul, qui représentera le parti dans la région Bourgogne-Franche-Comté. Mais finalement, lundi 3 mai, l'éducateur de 38 ans a annoncé son retrait des listes, ont relaté L'Est Républicain et France Bleu



Un livre intitulé "J'ai infiltré le Rassemblement national"

Après l'annonce de sa nomination, Kamel Agag-Boudjahlat a reçu un florilège d'insultes sur les réseaux, le visant lui, mais aussi sa sœur Fatiha, ainsi que toute sa famille, précise L'Est Républicain. Mais derrière cette candidature, l'objectif de cet homme était tout autre : il souhaitait infiltrer le Rassemblement national "pour faire le buzz" et préparer son prochain livre, intitulé "J'ai infiltré le Rassemblement national". "C'est allé trop loin, je mettais en danger les membres de ma famille, avec un déferlement de haine, d'injures et des menaces sur les réseaux sociaux", s'est-il justifié dans le média local. Il a depuis appelé à voter contre le parti d'extrême droite.

Ce projet était mûrement réfléchi et préparé depuis un an, détaille France Bleu. Kamel Agag-Boudjahlat, qui travaille auprès de la protection judiciaire de la jeunesse, voulait se faire élire pour ensuite démissionner du parti tout en conservant son mandat. Ce dernier voulait "faire bouger les lignes", mais aussi pousser les gens à aller voter. "Si vous estimez que le RN est un danger, inscrivez-vous et allez voter. Mieux encore, prenez les choses en main dans vos quartiers pour améliorer les choses", a-t-il expliqué.

Le RN "surfe sur la haine de l'autre, la théorie du complot et du chaos"

Il n'avait fait aucune cachotterie à ses proches sur son plan. "Ma famille était au courant de ma stratégie. Mais quand j'ai vu la violence des réactions, quand j'ai vu des gens qui partagent mes valeurs s'effondrer à cause de mon engagement au RN, je me suis dit que je n'allais pas pousser le jeu aussi loin pour avoir un poste de conseiller régional, a-t-il répondu à France Bleu. Ce parti, je l'ai vu de l'intérieur, il n'a pas changé par rapport au Front national. Il surfe sur la haine de l'autre, la théorie du complot et du chaos. Il joue beaucoup sur les violences urbaines, notamment dans le quartier de la Petite-Hollande à Montbéliard (Doubs)", l'endroit dont Kamel Agag-Boudjahlat est originaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.