Régionales : Gérald Darmanin reconnaît "un échec" du parti présidentiel

Régionales : Gérald Darmanin reconnaît "un échec" du parti présidentiel
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.
A lire aussi

publié le lundi 21 juin 2021 à 10h13

Après la déroute de la macronie au premier des élections régionales, le ministre de l'Intérieur ne veut pas y voir un avertissement pour 2022.  

Gérald Darmanin était l'invité des 4 vérités lundi 21 juin sur France 2. Interrogé sur les résultats du parti présidentiel, les élections régionales ont "bien sûr" été un échec pour le parti présidentiel a reconnu le ministre de l'Intérieur.

"Là où il y a des sortants, ils ont été réélus, à gauche comme à droite. Là où il y a des gens qui ont voulu conquérir, ils ont été balayés. La majorité présidentielle était sortante nulle part mais voulait entrer partout. Elle a connu en effet une difficulté importante", a déclaré le ministre de l'Intérieur, ajoutant que "la démocratie, c'est parfois perdre les élections et ce n'est pas très grave".



Eliminées dans les Hauts-de-France, en Auvergne-Rhône-Alpes et en Occitanie, à peine à plus de 10% dans les autres régions: les listes de La République en marche et de ses alliés ont connu une sévère déroute, dimanche soir, ôtant à la macronie toute possibilité d'être faiseur de roi. LREM se voulait modeste, espérant recueillir 15% des voix, peut-être même davantage dans certaines régions, comme certains sondages optimistes le prédisaient. Las: le parti présidentiel n'a convaincu qu'environ 10 à 11% des électeurs.

Bertrand bien placé pour 2022 ?

Pire : il est éliminé du second tour en Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes et surtout dans les Hauts-de-France, où le ministre Laurent Pietraszewski est annoncé entre 7,3% (Harris Interactive) et 9,1% (Ifop), malgré la présence de quatre autres membres du gouvernement sur sa liste -  Agnès Pannier-Runacher, Éric Dupond-Moretti, Gérald Darmanin et Alain Griset.



Avec plus de 41 % des voix au premier tour, Xavier Bertrand peut savourer sa victoire et devient incontournable à droite pour la présidentielle de 2022. Gérald Darmanin refuse toutefois de voir un avertissement pour la présidentielle de 2022 dans les résultats médiocres du parti présidentiel aux régionales.  "Je considère que les Français répondent à la question qu'on leur pose : 'qui voulez-vous comme président de région ? Ils ont répondu. Ne tirons pas de conclusions hâtives sur l'élection présidentielle. (...) Quand ils voteront pour le président de la République, ils choisiront le président de la République", a commenté Gérald Darmanin. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.