Régionales : faut-il s'attendre à une abstention record ?

Régionales : faut-il s'attendre à une abstention record ?
(Photo d'illustration)

publié le jeudi 17 juin 2021 à 14h14

SONDAGE. Entre 59% et 64% des électeurs pourraient s'abstenir dimanche lors du premier tour des élections régionales, selon un sondage Elabe publié jeudi. 

A trois jours du premier tour des élections régionales, la campagne bat son plein.

Cela suffira-t-il à convaincre les Français de se déplacer aux urnes ? Selon un sondage Elabe pour BFMTV publié jeudi 17 juin, l'abstention pourrait battre des records. 




Selon cette enquête, 36% des Français inscrits sur les listes électorales se disent tout à fait certains d'aller voter (note 10 sur une échelle de 1 à 10 sur l'assurance d'aller voter) et 10% l'envisagent sérieusement (note 9), ce qui laisse entrevoir, affirme Elabe, un niveau de participation entre 36% et 41%. Il s'agirait d'un niveau record d'abstention pour un premier tour des élections régionales, bien au dessus des 50,09% du scrutin de 2015 et surtout du précédent pic de 2010 (53,67%).

Comme vérifié dans les études électorales, l'intention d'aller voter augmente fortement avec l'âge : 20% à 23% des moins de 35 ans se déplaceraient dimanche, contre 49% à 57% des 65 ans et plus. 

Au sein des électorats du 1er tour de la présidentielle, les plus mobilisés sont les électeurs de François Fillon (entre 57% et 64%), devant ceux de Marine Le Pen (46% à 50%), d'Emmanuel Macron (40% à 46%), et de Benoît Hamon (39% à 42%). Les électeurs de Jean-Luc Mélenchon apparaissent à date comme les moins mobilisés (31% à 37%).

Désintérêt

Les électeurs qui prévoient de ne pas se rendre aux urnes dimanche expliquent cette décision d'abord par une défiance et un désintérêt à l'égard de la politique (63%). La preuve : près de six sondés (58%) sur dix ne connaît pas le nom du président de leur région.

Les potentiels abstentionnistes du 1er tour évoquent ensuite le manque d'informations (41%). 58% des sondés ne connaissent d'ailleurs pas le nom du président de leur région. Viennent ensuite l'insatisfaction à l'égard de l'offre électorale proposée ("aucune des listes ne vous convient", 34%) et des raisons pratiques (32%).

Ceux qui vont aller voter ne sont pas beaucoup plus convaincus : un électeur sur deux déclare que son vote n'aura pas de lien avec la politique de l'exécutif et un sur trois (34%) ira voter pour exprimer son opposition.

Près de la moitié (49%) des Français qui sont certains d'aller voter ce dimanche ou qui l'envisagent sérieusement sont par ailleurs motivé autant par des questions de politiques nationales que régionales, 39% d'entre eux sont motivés en priorité par des enjeux régionaux, et 12% nationaux.

* Sondage réalisé en ligne selon la méthode des quotas du 15 au 16 juin auprès de 1.200 personnes d'au moins 18 ans. Marge d'erreur entre 1,2 et 2,8 points

Vos réactions doivent respecter nos CGU.