Régionales en Paca : "Si Renaud Muselier perd, vous perdez tous", lance Nicolas Sarkozy

Régionales en Paca : "Si Renaud Muselier perd, vous perdez tous", lance Nicolas Sarkozy
L'ancien président Nicolas Sarkozy, le 8 décembre 2020.

publié le jeudi 24 juin 2021 à 16h50

Avant le second tour du scrutin, l'ancien président a fustigé "la trahison des engagements" de Thierry Mariani, le candidat RN arrivé en tête dans la région lors du premier tour face au président LR sortant, Renaud Muselier. 

S'il est désormais "retiré de la vie politique active", comme il a tenu à le rappeler au début de l'interview accordée au quotidien Nice-Matin, Nicolas Sarkozy est sorti de sa réserve avant le second tour des élections régionales. Se disant "inquiet de la situation" en Provence-Alpes-Côte d'Azur, l'ancien président a apporté son soutien à Renaud Muselier, le président LR sortant de la région, au coude-à-coude avec le candidat RN Thierry Mariani, arrivé en tête au premier tour. 


"Nous devons répondre à une seule question (dimanche lors du second tour, ndlr) : qui représentera la région pour ce nouveau mandat ? Pour moi, c'est clair, cela doit être Renaud Muselier", a ainsi affirmé Nicolas Sarkozy dans le quotidien régional tout en se défendant de "délivrer des consignes" ou de "donner des leçons" aux électeurs.

L'ancien chef de l'Etat a également souligné ses "liens d'amitié" avec Renaud Muselier qui a "toujours été à (ses) côtés". 

Nicolas Sarkozy a par ailleurs fustigé "la trahison des engagements" de Thierry Mariani, qui a été son ministre des Transports. "Quand j'ai fait voter les passage de l'âge de la retraite de 60 à 62 ans, il était d'accord. Quand je le vois aujourd'hui faire campagne pour Mme Le Pen qui promet, en toute démagogie, de revenir à la retraite à 60 ans, je constate que la trahison des engagements, c'est lui", a-t-il souligné dans Nice-Matin, exhortant les électeurs à "ne pas faire confiance à ceux qui conduiraient le régime des retraites vers la faillite". 



L'ancien président a également appelé sa famille politique à "arrêter les divisions". S'il dit "comprendre" les "mécontentements" après la polémique engendrée par les discussions sur un rapprochement avec LREM avant le premier tour des élections régionales en Paca, il a encouragé à "passer l'éponge". "On ne choisit pas parce qu'on est agacé", a-t-il souligné. "Est-ce-que vous voulez élire quelqu'un d'ouvert et qui rassemble ou mettre à la tête de la région le symbole d'une forme de sectarisme qui nuira considérablement à l'attractivité" de la région ?", a-t-il argué. 

"La malédiction de la droite, c'est la division", a encore souligné Nicolas Sarkozy dans le quotidien. "Ce qui vous rassemble est infiniment plus fort que ce qui vous divise", a-t-il poursuivi avant d'ajouter : "Si Renaud Muselier perd, vous perdez tous !".

Selon un premier sondage réalisé après le premier tour, Renaud Muselier l'emporterait d'une courte tête (51%-49%) dimanche en Paca lors du second tour, avec une abstention estimée à 65%.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.