Régionales en Île-de-France : Pécresse grande favorite, devant Bardella

Régionales en Île-de-France : Pécresse grande favorite, devant Bardella
Valérie Pécresse l'emporterait aux régionales en Île-de-France, selon un sondage BVA pour Orange et RTL.

publié le mardi 08 juin 2021 à 06h00

La présidente sortante de la région est créditée de 33% des intentions de vote au 1er tour, devançant de loin le candidat RN (19%) ainsi que celui de LREM, Laurent de Saint-Martin, qui arriverait 3e avec 15%, selon un sondage* BVA pour Orange et RTL, mardi 8 juin. 

À moins de deux semaines du premier tour des élections régionales, cette enquête confirme le statut d'ultra favorite de Valérie Pécresse. Elle arriverait nettement en tête du premier tour avec 33% des intentions de vote, un résultat en légère progression par
rapport à son score de 2015 (30,5%).

La présidente sortante devancerait nettement ses concurrents. Jordan Bardella, qui conduit la liste du Rassemblement national (RN), prendrait la deuxième place (19%), sur fond de préoccupation sécuritaire. Selon ce sondage, plus de la moitié des Franciliens se trouvent en effet régulièrement confrontés à l'insécurité (59%) : 20% déclarent se sentir "souvent" en insécurité là où ils habitent, 39% "de temps en temps". Si 31% se sentent rarement en insécurité, seuls 10% des Franciliens n'éprouvent jamais ce sentiment. 

Laurent de Saint-Martin (La République en marche) arriverait en 3e position, crédité de 15% des intentions de vote. À gauche, Julien Bayou, secrétaire national et tête de liste Europe Écologie-Les Verts (EELV), est crédité de 12% des suffrages, devançant ainsi légèrement Audrey Pulvar, tête de liste du Parti socialiste (10%) et Clémentine Autain (8%), qui mène la liste La France insoumise (LFI)-PC. Cette dernière n'apparaît pour l'heure pas en mesure de se qualifier pour le 2e tour. Les autres listes en présence sont créditées de scores inférieurs à 2% des suffrages exprimés. 

Valérie Pécresse, une personnalité connue et peu clivante 

La gauche, qui dirigeait la région jusqu'en 2015, semble pâtir de ses divisions, que les électeurs attribuent avant tout à des querelles d'egos. En effet, pour un électeur francilien sur 2 (50%), si au 1er tour EELV, le PS et LFI présentent chacun une liste différente, c'est "avant tout pour des raisons de personnalités et d'égos". Cette raison est évoquée par 58% des sympathisants PS et 49% des sympathisants EELV. Un tiers seulement des électeurs franciliens (34%) estiment que c'est "avant tout pour des raisons idéologiques, ils ont de vraies différences de programme qui doivent s'exprimer au 1er tour". 

Valérie Pécresse part avec un avantage de taille sur ses concurrents : elle peut capitaliser sur sa notoriété et surtout sur son bilan à la tête de la région. Elle jouit en effet d'une forte notoriété : 88% des Franciliens la connaissent. Seule Audrey Pulvar fait presque aussi bien (81%). Cette notoriété, pour Valérie Pécresse, est assortie d'une bonne image pour une majorité des Franciliens qui la connaissent (59%, +2 points en deux mois). Elle apparaît assez peu clivante, puisque seuls 27% des Franciliens en ont une mauvaise d'image, dont 9% seulement "une très mauvaise image". 

Ultra populaire dans son fief des Yvelines 

Au-delà, les Franciliens sont également majoritairement satisfaits de son action à la tête de la région (61%, +2 points depuis la précédente mesure en mars). Contrairement à Xavier Bertrand, candidat dans les Hauts-de-France, dont l'image et le bilan se sont légèrement dégradés depuis le début de la campagne, Valérie Pécresse semble profiter de la séquence pour consolider son image. 

Son bilan est salué majoritairement par l'ensemble des catégories de la population francilienne, notamment les 65 ans et plus (68%), les 25-34 ans (68% également), les cadres (71% mais tout de même 56% chez les CSP-) et dans les Yvelines, son fief (73%). Son bilan est positif pour toutes les catégories politiques à l'exception des sympathisants PS (43%) et du RN (48% néanmoins).

Enfin, les ambitions présidentielles de Valérie Pécresse ne constituent pas un problème dans l'opinion : seuls 20% des sondés déclarent que cela ne les incite pas à voter pour elle au scrutin des 20 et 27 juin, car elle risquerait d'abandonner la région à terme.

L'image d'Audrey Pulvar se dégrade 

Logiquement, alors que la campagne s'est accélérée, la notoriété de l'ensemble des autres têtes de liste progresse : Audrey Pulvar est connue par 81% des Franciliens (+4 points), Jordan Bardella par 64% (+7), Clémentine Autain par 55% (+4) et Julien Bayou par 54% (+14). Seul Laurent Saint-Martin reste connu par un quart seulement des sondés malgré une progression (26%, +8 points). 

Si l'image associée à cette notoriété évolue peu pour la plupart des têtes de liste, il est à noter que celle d'Audrey Pulvar se dégrade depuis le début de la campagne : 46% des Franciliens qui la connaissent ont une mauvaise opinion de la candidate, contre 36% seulement une bonne opinion. En mars, ils étaient 42% à en avoir une bonne image, contre 38% seulement une mauvaise.

Faible participation en vue 

Conséquence de l'amélioration enregistrée sur le front de l'épidémie, le contexte sanitaire devrait avoir un impact limité sur la participation lors du scrutin. Seuls 20% des Franciliens pourraient ne pas voter pour cette raison, soit 12 points de moins qu'il y a un mois. Pour autant, la mobilisation s'annonce faible, probablement inférieure à celle enregistrée au 1er tour de 2015 (46%). Cela s'explique notamment par le fait qu'aucune liste ne donne vraiment envie de voter pour elle (18%) ainsi que par un manque d'intérêt pour cette élection dont les électeurs n'attendent pas grand-chose (15%).

Cinq listes seraient donc en mesure de se maintenir au 2e tour, mais une fusion des listes de gauche et des écologistes, comme en 2015, semble probable, débouchant ainsi sur une quadrangulaire. Dans cette hypothèse, la liste conduite par Valérie Pécresse remporterait l'élection avec 38% des suffrages, devant la liste d'union de la gauche et des écologistes (LFI, PC, PS, EELV et alliés) (25%), la liste du RN conduite par Jordan Bardella (20%) et la liste LREM de Laurent Saint-Martin (17%).

* Étude réalisée par l'Institut BVA auprès d'un échantillon interrogé par internet du 31 mai au 6 juin 2021. Échantillon de 1241 personnes inscrites sur les listes électorales, issues d'un échantillon de 1.381 personnes âgées de 18 ans et plus, représentatif de la population de la région Île-de-France. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, profession de l'interviewé, département et catégorie d'agglomération.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.