Régionales en Île-de-France : le journaliste de LCI Philippe Ballard désigné tête de liste du Rassemblement national à Paris

Régionales en Île-de-France : le journaliste de LCI Philippe Ballard désigné tête de liste du Rassemblement national à Paris
Philippe Ballard, le 25 août 2016.

publié le mardi 27 avril 2021 à 20h22

A l'antenne sur LCI depuis 1994, Philippe Ballard a décidé de se lancer en politique en soutenant le numéro 2 du RN Jordan Bardella lors des prochaines élections régionales. En conséquence, "il se retire évidemment et immédiatement de l'antenne", a indiqué la chaîne d'information au Figaro.


"L'état de mon pays m'a décidé à sauter le pas.

A un moment donné, je devais faire quelque chose." Après 37 ans de journalisme, le présentateur de LCI Philippe Ballard a décidé à plus de 60 ans de se lancer en politique, révèle mardi 27 avril Le Figaro. A l'antenne de la chaîne d'info depuis 1994, après avoir officié sur RTL et France Inter, il a été désigné tête de liste du Rassemblement national à Paris pour les élections régionales du 20 et 27 juin, derrière Jordan Bardella, qui mène la liste en Île-de-France.

"Philippe Ballard nous a informé ce soir de sa décision. En conséquence, il se retire évidement et immédiatement de l'antenne", confirme LCI au quotidien.

"Je prends un risque mais je l'assume. Je suis élu au comité social d'entreprise de ma chaîne depuis 2003, j'aurais pu finir en roue libre tranquillement. Si je m'engage, c'est pour mes enfants et mes petits-enfants. Pour ne pas leur laisser ce pays archipélisé, où des pompiers se font caillasser et où l'économie est à genoux à cause de cette prétendue mondialisation heureuse qu'on nous a vendue toutes ces années", justifie Philippe Ballard. 

Des convictions qui ne datent pas d'hier. Le journaliste confie que depuis son vote pour Valéry Giscard d'Estaing en 1981, il a toujours voté Front national. "A gauche, c'est bisounours par idéologie, quand à droite, on gonfle les muscles avant les élections pour ne plus rien faire une fois au pouvoir", déplore le sexagénaire, qui s'est déjà confronté aux urnes, puisqu'il a été élu  trois mandats durant, de 1989 à 2008, maire adjoint sans étiquette de l'édile MoDem Jean-Jacques Jégou, dans sa ville de Plessis-Trévise, dans le Val-de-Marne. 

"Il a été l'un des visages de l'information et a assisté aux premières loges à l'accélération de l'actualité. C'est un patriote sincère, qui a fait le choix de mettre sa carrière de côté pour reconstruire le pays", explique Jordan Bardella. "La sphère médiatique était l'une des dernières digues d'où on n'attendait pas notre mouvement. Preuve que, là aussi, l'image que nous avons est en train d'évoluer de manière significative", se réjouit ainsi le numéro 2 du RN. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.