Régionales en IDF: pour Autain, Pécresse est "la Bardella des beaux quartiers"

Régionales en IDF: pour Autain, Pécresse est "la Bardella des beaux quartiers"
Clémentine AUtain (LFI) le 13 juin 2021 à Montreuil

publié le dimanche 13 juin 2021 à 19h12

"Madame Pécresse, c'est un peu la Bardella (RN) des beaux quartiers", a lancé Clémentine Autain, candidate LFI-PCF aux régionales en Ile-de-France, à l'adresse de la présidente sortante dimanche lors d'un meeting à Montreuil (Seine-Saint-Denis).

"Mme Pécresse s'est lancée dans un concours Lépine des idées d'extrême droite", a fustigé la députée de Seine-Saint-Denis, citant notamment une proposition formulée en 2018 de "doubler les peines dans les quartiers (prioritaires de la) politique de la ville".

"On se demande même si elle ne s'est pas trompée d'élection parce que du matin au soir, elle ne parle que de sécurité et d'immigration mêlées, de terrorisme", a encore dit Mme Autain, qui adresse une critique similaire au candidat RN Jordan Bardella: "je pense que la région l'intéresse assez peu, il ne sait absolument pas que la sécurité n'est pas une compétence de la région".

Mme Autain a également reproché à Valérie Pécresse (Libres, ex-LR) d'avoir "divisé par 2,5 le budget du logement social" de la région et d'avoir "fait la guerre aux maires qui ont déjà 30% de logements sociaux et qui auraient l'idée d'en construire davantage alors que dans sa propre majorité, il existe 46 maires de droite qui sont hors-la-loi parce qu'ils ne respectent pas la loi SRU". Cette dernière impose aux communes un taux de 20 ou 25% de logements sociaux.

Entourée du député Alexis Corbière, du maire de Montreuil Patrice Bessac et de l'actrice Romane Bohringer venus la soutenir, Clémentine Autain a dénoncé le projet du CDG Express, un "train pour riches" auquel elle souhaite mettre fin. 

A la place, Mme Autain a dit vouloir "marcher sur les deux jambes" en "avançant vers la gratuité" des transports, d'abord réservée aux moins de 25 ans et à l'ensemble des bénéficiaires des minima sociaux, tout en faisant "des transports en commun de proximité".

En lice notamment, au premier tour, face à Julien Bayou (EELV) et Audrey Pulvar (PS), Clémentine Autain a affirmé mener "la liste la plus solide" à gauche, notamment parce que communistes et Insoumis ont "l'électorat qui est le plus assuré de venir voter".

"Oui, il faut le rassemblement des trois listes pour réussir à prendre la région à la droite régionale", a-t-elle rappelé, en assurant: "Nous aurons cette alliance au second tour".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.