Régionales : dissension autour d'un possible front républicain en Bourgogne-Franche-Comté

Régionales : dissension autour d'un possible front républicain en Bourgogne-Franche-Comté©Panoramic (photo d'illustration)

publié le lundi 21 juin 2021 à 09h35

En Bourgogne-Franche-Comté, le premier tour des élections régionales a vu la présidente socialiste sortante Marie-Guite Dufay arriver en tête. Cependant, un front républicain n'est pas sûr d'être mis en place pour faire face au candidat du Rassemblement national Julien Odoul, sorti deuxième.

Au terme du premier tour des élections régionales qui s'est tenu dimanche 20 juin, la situation est complexe en Bourgogne-Franche-Comté. France Bleu rapporte que c'est Marie-Guite Dufay, présidente socialiste sortante, qui a récolté le plus de vote avec 26,52% des suffrages. Elle devance de peu le candidat du Rassemblement national Julien Odoul (23,19% des suffrages).



Pour tenter de remporter le second tour qui se tiendra le 27 juin prochain, la socialiste pourra compter sur le soutien de la liste "Le temps des cerises" de Bastien Faudot (4,5% des voix) et de celle de la candidate EELV Stéphanie Modde (10,34%). Cette dernière a déclaré vouloir "proposer à la liste de Marie-Guite Dufay de fusionner avec la sienne". Cependant, tous les partis ne semblent pas vouloir s'accorder sur un front républicain.

Le candidat LREM maintient sa candidature

Tête de liste LREM, Denis Thuriot est arrivé quatrième du scrutin avec 11,69% des votes. Interrogé sur la mise en place d'un front républicain face au Rassemblement national, il a balayé de la main cette idée. "Nous avons confiance aux électeurs qui nous ont portés donc nous nous maintenons pour le second tour", annonce-t-il.

Le maire de Nevers explique ce choix par des divergences politiques trop marquées avec Marie-Guite Dufay. Il l'accuse de vouloir "fermer toute ouverture, et de rester sur un sectarisme avec les communistes et les Verts".

Une prise de position qui tranche avec celle du délégué général d'En Marche, Stanislas Guerini. Ce dernier a déclaré sur RTL dimanche 20 juin qu'il appellerait "partout à tendre la main aux autres formations politiques pour effectivement bâtir un front républicain d'adhésion pour battre l'extrême droite".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.