Régionales dans les Hauts-de-France : Xavier Bertrand menacé par le RN

Régionales dans les Hauts-de-France : Xavier Bertrand menacé par le RN
Xavier Bertrand, le 6 février 2020, à Paris.

publié le lundi 03 mai 2021 à 05h00

SONDAGE. Si Xavier Bertrand bénéficie d'une bonne popularité dans sa région, les résultats pourraient être très serrés entre le président sortant (36%) et le candidat du Rassemblement national Sébastien Chenu (34%) dans l'hypothèse d'une quadrangulaire au second tour, selon une enquête BVA réalisée pour Orange et RTL.

Alors qu'une triangulaire sans le candidat LREM lui serait largement profitable. 

Alors qu'il brigue un deuxième mandat à la tête des Hauts-de-France, Xavier Bertrand a fait de sa réélection aux élections régionales la condition pour sa candidature à l'élection présidentielle de mai 2022. A l'inverse, en cas de défaite, l'ancien membre des Républicains a assuré qu'il se retirerait de la vie politique. Quelles sont ses chances ? Un sondage BVA réalisée pour Orange et RTL* dresse lundi 3 mai l'état des lieux de la région.

Arrivé en tête du premier tour en 2015, le Rassemblement national espère cette année conquérir les Hauts-de-France avec Sébastien Chenu en tête de liste. Contraint de se désister il y a six ans pour faire barrage au parti de Marine Le Pen, le PS a décidé cette année de s'unir avec le PC, Europe-Ecologie-Les Verts et La France insoumise dès le premier tour, derrière l'écologiste Karima Delli. Il faut également compter cette année avec la présence du parti présidentiel La République en marche, représenté par le secrétaire d'Etat chargé des retraites Laurent Pietraszewski.

Bertrand très populaire

Dans ce contexte, Xavier Bertrand réussira-t-il son pari ? A l'inverse de ses concurrents, il bénéficie d'une très bonne notoriété, 9 habitants sur 10  déclarant le connaître, contre 51% pour Sébastien Chenu, 26% pour Laurent Pietraszewski et 22% pour Karima Delli. Il jouit par ailleurs d'une très bonne image, avec 63% de bonnes opinions, alors que que ses rivaux sont largement en dessous des 50% de bonnes opinions, un bilan jugé positif pour 67% des sondés, sans compter que 64% des habitants estiment qu'il ferait un bon président de la République. 










Autre bon point en sa faveur, l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy a fait de la priorité de ses électeurs les principaux thèmes de sa campagne, à savoir la sécurité et la délinquance et le développement économique et l'emploi. 






Des résultats serrés entre Bertrand et Chenu en cas de quadrangulaire

Une popularité qui justifie son avance dans les sondages. A l'heure actuelle, Xavier Bertrand arriverait en tête du premier tour avec 33% des voix, un résultat plus élevé qu'en 2015 (25%). Il devance ainsi légèrement Sébastien Chenu, qui avec 31% des intentions de vote ferait beaucoup moins bien que Marine Le Pen en 2015, arrivée en tête avec 40,6% des voix. La gauche arrive loin derrière, avec 17% des intentions de vote, tandis qu'avec 12% des voix Laurent Pietraszewski se maintiendrait de justesse au deuxième tour. 




La présence ou non de LREM au deuxième tour serait crucial pour Xavier Bertrand, selon le sondage BVA. En effet, dans l'hypothèse d'une triangulaire opposant la gauche, le RN et le président sortant, ce dernier emporterait largement l'élection avec 44%, contre 36% pour Sébastien Chenu et 20% pour la liste d'union de la gauche. 




Mais si le parti présidentiel arrive à se qualifier pour le second tour, Xavier Bertrand pourrait être menacé par le RN. Il arriverait en tête avec 36% des voix, talonné de très près par Sébastien Chenu (34%). Karima Delli obtiendrait 19% des voix et Laurent Pietraszewski 11%.




Dans ce contexte, la situation sanitaire liée au Covid-19 et la mobilisation des électeurs pourraient jouer un rôle crucial. En effet, près d'un tiers des habitants (30%) déclarent que la situation sanitaire au moment du scrutin pourrait les conduire à ne pas aller voter.




* Enquête réalisée par l'Institut BVA auprès d'un échantillon de 805 personnes inscrites sur les listes électorales dans les Hauts-de-France, interrogées par Internet entre le 22 et le 29 avril 2021.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.