Régionale en Paca : Julien Bayou menace d'exclure d'EELV Jean-Laurent Félizia s'il se maintient au second tour

Régionale en Paca : Julien Bayou menace d'exclure d'EELV Jean-Laurent Félizia s'il se maintient au second tour
Julien Bayou, chef de file EELV, à Paris le 20 juin 2021.

publié le lundi 21 juin 2021 à 08h52

Invité de Franceinfo lundi matin, le chef de file d'Europe-Ecologie Les Verts Julien Bayou a confirmé que la liste de Jean-Laurent Félizia n'aurait pas le soutien de son parti en cas de maintien au second tour. Il a également précisé que ce dernier serait exclu du parti s'il ne se retirait pas. 

Si elle se maintient, la liste écologiste de Jean-Laurent Félizia en Paca, "n'aura pas le soutien d'EELV".

"On ne peut pas jouer cette élections aux dés, le risque Rassemblement national est trop élevé", a déclaré Julien Bayou, secrétaire national du parti écologiste lundi 21 juin au micro de Franceinfo. Avant lui sur LCI, c'est la porte-parole d'EELV Eva Sas qui avait demandé "solennellement" à Jean-Laurent Felizia, arrivé troisième au premier tour des régionales dimanche, de retirer sa liste pour faire barrage au Rassemblement national. "Nous avons toujours pris nos responsabilités face au Rassemblement national et nous les prenons encore aujourd'hui en demandant solennellement à Jean-Laurent de retirer sa liste", a déclaré Eva Sas sur LCI.




"Nous considérons le Rassemblement national comme une menace pour la démocratie et donc on en tire toutes les conséquences. Nous appelons à nouveau à faire barrage. Nous aurons encore des discussions dans la journée. Si cette liste venait à se maintenir, elle n'aura pas le soutien d'Europe Écologie-Les Verts. Elle n'aura pas le soutien du PS ou du Parti communiste", a précisé le chef de file des Verts, assurant que Jean-Maurent Félizia sera exclu d'EELV s'il persistait à se maintenir. Jean-Félizia sera-t-il exclu du parti ? "Oui, bien sûr", a répondu Julien Bayou.

"Je dois me maintenir par honneur"

Sur Franceinfo ce lundi, Jean-Laurent Félizia a répété son intention d'être bien présent au second tour. "Je m'en tiens là aujourd'hui, je ne reculerai pas devant cette nécessité", a-t-il déclaré. "Je ne dis pas 'tant pis pour le front républicain', je pense que le sursaut républicain vaut mieux qu'un front républicain, qui efface les écologistes et la gauche de tout le paysage politique régional", a-t-il poursuivi. "Je dois (me maintenir) par honneur. D'abord à l'équipe qui, autour de moi, a construit ce rassemblement écologique et social et qui va faire autre chose que porter une liste sur ce territoire et aux électrices et électeurs. Près de 200 000 voix, ce n'est pas juste une assemblée générale de kermesse, ce sont des gens en Paca qui ont fait confiance à ce projet et qui y croient, comme j'y crois encore". 


"Un bras d'honneur à Olivier Faure" 

"Sa famille politique lui demande de se retirer. Jean-Laurent Félizia a été investi EELV par la gauche unie. Hier soir, en responsabilité, au niveau national et local, les socialistes, les communistes, les élus locaux lui ont demandé de se retirer. EELV lui a retiré l'investiture. Maintenant, ce n'est plus Jean-Laurent Félizia porteur des valeurs de la gauche et de l'union de la gauche mais l'aventure personnel d'un individu qui se retrouve en haut de l'affiche". "Il a déclaré plusieurs fois, en ma présence, qu'il prendrait ses responsabilités pour le deuxième tour, aujourdhui, il fait exactement l'inverse", a déclaré le présent sortant de la région Paca, Renaud Muselier, sur RTL. 

Jean-Laurent Felizia, "fait un bras d"honneur à Olivier Faure", a déclaré le patron des députés LREM, Christophe Castaner. "Je vois une gauche perdue, qui a perdu la raison. Dans la seule région de France où le RN peut l'emporter, la gauche n'est pas au rendez-vous. C'est une faute politique", a déclaré le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale. Jean-Laurent Felizia "serait certes un président de groupe de l'opposition, mais un président de la honte", a-t-il ajouté. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.