Réforme des retraites : "Nous allons devoir travailler plus longtemps", insiste Édouard Philippe sur TF1

Réforme des retraites : "Nous allons devoir travailler plus longtemps", insiste Édouard Philippe sur TF1
Édouard Philippe le 12 septembre 2019 sur le plateau du 20 Heures de TF1.
A lire aussi

Orange avec AFP-Services, publié le jeudi 12 septembre 2019 à 21h30

Le Premier ministre est revenu jeudi soir sur le plateau de TF1 sur la réforme des retraites, dont il avait précisé le calendrier quelques heures plus tôt. "Il faut dire la vérité aux Français : compte tenu de la réalité démographique, nous allons travailler un peu plus longtemps que ce soit avec la durée de cotisation ou l'âge pivot", a-t-il insisté.

Dossier chaud de la rentrée, la réforme des retraites fera l'objet de "consultations citoyennes" de fin septembre "jusqu'à la fin de l'année", devant aboutir à un projet de loi voté "d'ici la fin de la session parlementaire de l'été prochain", a annoncé jeudi 12 septembre le Premier ministre, Édouard Philippe. En parallèle, des concertations avec les partenaires sociaux "vont commencer dès la semaine prochaine" et "dureront jusqu'au début du mois de décembre".




"Nous sommes décidés à prendre tout le temps nécessaire", a-t-il déclaré devant le Conseil économique social et environnemental (Cese), précisant que ce délai servira à "définir le système cible et les générations concernées" par le "système universel" par points voulu par Emmanuel Macron.

"Il est bien difficile de s'y retrouver"

"Nous voulons réformer le système de retraite pour le rendre plus juste", a-t-il insisté quelques heures plus tard sur le plateau du JT de TF1. "Le système tel qu'il existe aujourd'hui comporte des différences que les Français ont du mal à comprendre", a-t-il ajouté, alors que les syndicats de la RATP appellent à faire grève vendredi contre la réforme des retraites et pour le maintien de leur régime spécial.

"Il y a actuellement 42 régimes de retraites différents, il est bien difficile de s'y retrouver (...) et les gens ont l'impression que les avantages des autres se font à leur détriment", a rappelé Édouard Philippe en citant un exemple : "Un chauffeur de bus du Havre, de Bordeaux ou de Metz a parfois le même travail qu'un de la RATP et il a un régime de retraite qui n'a rien à voir. Ne peut-on pas essayer de refonder totalement un système pour faire en sorte qu'il soit universel ?"

"Le projet connu avant les municipales"

"Il faut dire la vérité aux Français : compte tenu de la réalité démographique, nous allons travailler un peu plus longtemps que ce soit avec la durée de cotisation ou l'âge pivot", a-t-il estimé. Le chef du gouvernement n'a pas pour autant tranché entre la première option, que semble préférer le président Emmanuel Macron, et la seconde, préconisé par le haut-commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye. 

Ce dernier avait par ailleurs précisé un peu plus tôt dans la soirée que le projet de loi sur la réforme des retraites serait "connu avant les municipales" de mars. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.