Réforme des retraites : "Jamais le compromis ne m'a paru aussi proche", estime Bruno Le Maire

Réforme des retraites : "Jamais le compromis ne m'a paru aussi proche", estime Bruno Le Maire
Bruno Le Maire à Paris, le 3 janvier 2020.

, publié le lundi 06 janvier 2020 à 09h38

Bruno Le Maire estime qu'il faut "saisir la main qui a été tendue par la CFDT".

Alors que le mouvement de contestation contre la réforme des retraites menace de reprendre de l'ampleur avec la rentrée, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a estimé lundi 6 janvier qu'un compromis était possible avec le syndicats.
'
"Il n'y a aucune inflexibilité, aucune volonté de laisser pourrir la situation, et au moment où je vous parle, ce qui me frappe, c'est que jamais le compromis ne m'a paru aussi proche, a-t-il déclaré sur France Inter. Jamais la possibilité de parvenir à un accord ne m'a semblé à portée de main."


Comment sortir de l'impasse ? Peut-être en organisant une "conférence de financement" du système de retraite distincte du projet de loi actuellement en préparation, comme l'a proposé le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger. C'est "une très bonne proposition", a estimé M.

Le Maire, ajoutant qu'il fallait "saisir la main qui a été tendue par la CFDT", alors que le syndicat reste opposé à l'instauration d'un âge pivot.

"Banco pour cette conférence", a insisté Bruno Le Maire, même s'il a estimé que l'âge pivot est "une bonne solution", alors que le Premier ministre ouvrira mardi une séance de discussions avec les partenaires sociaux pour sortir du conflit sur la réforme des retraites. "Mais ne préjugeons pas à l'avance des résultats de cette conférence", a-t-il ajouté. 


Même son de cloche du côté du ministre des Relations avec le parlement, Marc Fesneau. "Ça montre bien qu'il y a un sujet de financement", a-t-il fait valoir. Et "que Laurent Berger et d'autres centrales syndicales puissent dire qu'il y a un sujet de financement, et regardons, et remettons-nous autour de la table pour en parler, c'est plutôt une bonne nouvelle et donc on va regarder dans les jours qui viennent", a ajouté le ministre.

De même, les deux ministres ont estimé que l'idée d'une décote temporaire en cas de départ à la retraite avant l'âge pivot, telle qu'évoquée par le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand, était "une très bonne proposition". "Tout ce qui nous permet de sortir du face-à-face, du conflit (...), tout est bon", a affirmé M. Le Maire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.