Réforme des retraites : "Bon courage pour l'expliquer!", ironise Laurent Berger

Réforme des retraites : "Bon courage pour l'expliquer!", ironise Laurent Berger
Laurent Berger, le 27 octobre 2020, à Paris

, publié le lundi 07 décembre 2020 à 08h56

Le secrétaire général de la CFDT a mis en garde le gouvernement face au projet de réforme, qui pourrait aggraver encore plus les tensions dans la société.

La réforme des retraites, jugée prioritaire le 29 novembre dernier par le ministre de l'Économie Bruno Le Maire pour rembourser la dette du Covid, "n'est pas abordable en terme de mesures à prendre avant 2022", a jugé Laurent Berger sur BFMTV dimanche 6 décembre.

"Je le dis et je le re-répète, si en 2021, ce gouvernement envisage un allongement de la durée du travail pour l'ensemble des travailleurs en jouant sur l'âge, la durée de cotisation etc. il ferait une erreur majeure", a martelé le secrétaire général de la CFDT.

Le "quoi qu'il en coûte" sur les épaules des travailleurs ?

"Ce n'est pas du tout un sujet corrélé à la dette publique, la question des retraites c'est la dette sociale (...) elle est liée au fait qu'il y a eu moins de rentrées cette année", a-t-il estimé. "On ne peut pas dire 'quoi qu'il en coûte' et puis après 'les travailleurs, vous allez devoir travailler plus longtemps, c'est ça qui va résoudre le déficit public', non ce n'est pas vrai", a souligné Laurent Berger.


"Si vous voulez une société qui s'hystérise et un sentiment d'injustice profond des travailleurs, vous leur dites au printemps prochain ou à l'automne prochain: parce qu'on a subi le virus, il va falloir travailler plus longtemps". Il a évoqué pour rembourser la dette liée au Covid "une fiscalité plus juste, une contribution plus importante des plus hauts revenus".

"Aujourd'hui on a un chômage qui est en train d'exploser, des jeunes qui arrivent sur le marché du travail qui ne trouvent pas d'emploi, et le sujet ce serait de faire travailler plus longtemps ceux qui sont en emploi? (...) Et bien, bon courage pour l'expliquer!", s'est-il exclamé.

Interrogé sur les violences pendant la manifestation samedi à Paris, il a exprimé sa "condamnation sans faille" tout en craignant "qu'on soit complètement à côté de la plaque des sujets qui préoccupent les citoyens" avec le débat sur l'article 24 de la loi Sécurité globale. "Qui a eu cette idée de cet article 24? Qui voudrait faire croire que la protection des fonctionnaires dans l'exercice de leurs fonctions est contradictoire avec la liberté de la presse?", interroge-t-il. "On crée des sujets artificiels. Cet article 24, il faut le retirer et s'occuper de ce qui est fondamental: l'augmentation de la pauvreté, la hausse du chômage, les plans sociaux qui se multiplient" a-t-il dit.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.