Réforme des institutions: Le Foll dénonce "une forme démagogique d'antiparlementarisme"

Réforme des institutions: Le Foll dénonce "une forme démagogique d'antiparlementarisme"
Stephane Le Foll en avril 2017
A lire aussi

AFP, publié le jeudi 05 avril 2018 à 09h47

La réforme des institutions présentée mercredi "est une forme démagogique d'antiparlementarisme", a dénoncé jeudi l'ancien ministre socialiste Stéphane Le Foll.

"La réforme sur le Conseil supérieur de la magistrature était déjà faite. Donc je suis très heureux de constater que ce qui avait été engagé est validé. Ça je ne vais pas aller contre", a déclaré M. Le Foll sur RFI.

"Le reste, je suis farouchement opposé, au nom d'une idée que je me fais de la démocratie", a poursuivi le député de la Sarthe. "Ce qui est en train de s'engager, c'est une forme démagogique d'antiparlementarisme, et en plus sous couvert de démocratie, c'est-à-dire avec de la proportionnelle".

"Comment expliquer logiquement qu'on va favoriser la démocratie et la représentation des courants d'opinion en France (...) en disant qu'on diminue de 30% tous les parlementaires. C'est une contradiction", a-t-il jugé.

"La démocratie, c'est quelque chose qui nécessite du temps, qui nécessite de prendre justement le temps de s'expliquer, le temps de dialoguer", a-t-il plaidé, déplorant qu'on soit "en train de perdre" le "sens du temps", avec "cette économie de la start-up, cette idée que tout peut changer du jour au lendemain, et en quelques instants. C'est pas vrai".

Le projet du gouvernement, présenté mercredi par le Premier ministre, prévoit notamment une réduction de 30% du nombre de parlementaires, 15% des députés élus à la proportionnelle, une limitation du cumul dans le temps des mandats électifs et une référence explicite de la Corse dans la Constitution.

Les pouvoirs du Conseil supérieur de la magistrature seront en outre renforcés pour la nomination et l'exercice du pouvoir disciplinaire des magistrats du parquet.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.