Référendum : Édouard Philippe hanté par le "non" de 2005

Référendum : Édouard Philippe hanté par le "non" de 2005©Wochit
A lire aussi

6Medias, publié le dimanche 14 avril 2019 à 10h45

La possibilité d'un référendum pour clore le grand débat et asseoir l'autorité du chef de l'État a longtemps été envisagée. Mais son Premier ministre ne partage pas du tout cette idée, comme le souligne le JDD.

Donner un nouveau souffle au quinquennat d'Emmanuel Macron. C'est l'objectif d'un potentiel référendum qui pourrait intervenir vers l'automne. Satisfait du grand débat, le chef de l'État pourrait donner aux citoyens la possibilité de donner leur avis.

Mais Édouard Philippe, Premier ministre ouvertement à droite, se rappelle un malheureux souvenir : celui du "non" sur la constitution européenne en 2005. Selon le JDD, il aurait donné sa pensée au bureau d'En Marche : "Vous savez, je viens d'une famille politique où on est assez largement traumatisé par les référendums."



Peut-être que le Premier ministre a aussi en tête le référendum initié par le général de Gaulle en 1969, qui avait conduit à sa démission.

Un proche d'Emmanuel Macron confiait lui au journal Le Monde il y a quelques mois que ça serait pourtant la meilleure des solutions : "Le président sait qu'il n'a pas le choix, il doit repasser par le peuple. Le référendum est le seul moyen de se relégitimer en dehors d'une élection anticipée ou d'une dissolution de l'Assemblée nationale."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.