"Ravis" ou "inquiets", les militants LR observent l'ascension du "guerrier" Wauquiez

Chargement en cours
 Laurent Wauquiez, candidat à la présidence du parti Les Républicains, lors d'un meeting à Toulon, le 6 décembre 2017

Laurent Wauquiez, candidat à la présidence du parti Les Républicains, lors d'un meeting à Toulon, le 6 décembre 2017

1/3
© AFP, BERTRAND LANGLOIS
A lire aussi

AFP, publié le vendredi 08 décembre 2017 à 11h48

"Il nous fallait un chef pour cheffer, on en a trouvé un!": des militants enthousiastes se réjouissent de la probable élection de Laurent Wauquiez à la présidence de LR, tandis que les fidèles de Florence Portelli et Maël de Calan, parfois "inquiets", espèrent encore "peser dans l'élection".

Bannières tricolores, lueur bleu roi irradiant la salle, étudiants arborant des t-shirts "Jeunes avec Wauquiez"... de meeting en meeting, un air de victoire flotte parmi les partisans du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Parmi les 400 militants réunis le 15 novembre à Asnières-sur-Seine, de nombreux "sarkozystes" déçus, déboussolés après les traumatismes de la primaire et de la présidentielle, venaient "retrouver le moral" et surtout, "un capitaine".

"Quand Sarkozy a perdu, on a rendu nos cartes. Mais pour Wauquiez, on les a reprises !", s'écrie Anne-Marie, militante de 60 ans. "En lui, on retrouve le courage, l'énergie, l'esprit guerrier... Il n'a pas encore le charisme de Sarkozy, mais ça viendra".

"Il est assez fort pour rassembler, tenir tout le monde", et pourquoi pas "mener le pays", estime aussi Chantal Clayeux, 75 ans, "ravie".

Surtout, "il incarne une droite ferme, fière de ses valeurs", argue Raphaël Varlik, 17 ans. "On a perdu beaucoup d'électeurs, parce qu'on parlait à droite et gouvernait au centre. Lui veut vraiment agir à droite !", renchérit Erik Tegner.

Sur scène, Laurent Wauquiez martèle justement que "la droite est de retour". Étrillant les Constructifs pro-Macron, il affiche sa "fermeté" sur les questions de sécurité ou d'immigration, invoque l'histoire et "l'identité française", et s'adresse à "ceux qui se sont tournés vers le Front national".

Récemment encarté, Quentin de Lacoste apprécie particulièrement "le discours sur la sécurité". 

"Il veut qu'on soit fiers de nos racines, combattre le communautarisme et l'islamisation, retrouver la valeur du travail!", clame Régine Desmeliers. Pour Fabienne, "au pouvoir, on négocie, donc il faut un cap très fort au début".

- "Dérive droitière" -

"Je ne veux pas d'un chef qui est dans des positions trop directes ou clivantes, mais quelqu'un de nuancé, qui fédère", confie quelques jours plus tard Hugo Stepniewski, 18 ans. Dans l'ambiance tamisée d'un café parisien, il attend avec une centaine de "Jeunes LR" la venue de Florence Portelli, pour un "afterwork".

"Filloniste" de 25 ans, Caroline Romain soutient la maire de Taverny: "Elle est proche des militants, ne cherche pas à faire la lutte des chefs et veut remettre la méritocratie au coeur du parti", explique-t-elle - alors que "Wauquiez est bien, mais il joue avec les appareils et les vieux codes".

Florence Portelli demande qu'on la tutoie, parle une dizaine de minutes, puis se lance dans un jeu de questions-réponses, répétant vouloir "torpiller les statuts" et "redonner la parole aux jeunes".

Même si peu doutent de sa défaite, tous applaudissent une candidate "sincère". "Elle sera très bien en conseil", juge Alexia.

Victor Pajeot espère encore qu'elle crée la surprise dimanche:  "Elle veut construire quelque chose de bon, pas juste se faire élire", assure-t-il, alors que Laurent Wauquiez "gère sa boutique électorale".

A Nogent-sur-Marne, Maël de Calan est allé à la rencontre d'une petite cinquantaine de militants, presque tous "juppéistes". 

Dénonçant une droite "complètement folle" qui s'oppose "avec démagogie" à toutes les réformes Macron, il expose sa ligne plus "modérée": "européenne, libérale, sociale", mais "ferme" aussi. 

"Beaucoup de gens ne se reconnaissent pas dans la ligne Wauquiez, le parti pourrait se réduire comme peau de chagrin", s'inquiète dans le public Monique Falempin, jugeant l'élu auvergnat "dans une dérive droitière" et ses alliés "pas clairs" vis-à-vis du FN.

"Je pense que Wauquiez gagnera", lâche Bruno, résigné, "mais pour rassembler les Français, il faut être au centre. Le risque, c'est que la droite ne revienne pas au pouvoir pendant longtemps".

Jean-Marie Gasteau, "inquiet", "espère" que la victoire de Laurent Wauquiez "ne sera pas écrasante. Si on pèse dans l'élection, que les deux autres font un gros score et que Maël de Calan représente notre courant dans la direction, ça pourra me rassurer".

 
14 commentaires - "Ravis" ou "inquiets", les militants LR observent l'ascension du "guerrier" Wauquiez
  • avatar
    Voix_Off  (privé) -

    Le Mouvement des Jeunes Giscardiens est resté jusqu’à maintenant étonnamment passif et à l’écart de ces discussions. Il est grand temps que ses responsables prennent part au débat et manifestent clairement leur position car les militants sont plongés dans une abyssale et inquiète perplexité ! 😁😁😁

  • avatar
    Voix_Off  (privé) -

    Le Mouvement des Jeunes Giscardiens est resté jusqu’à maintenant étonnamment passif et à l’écart de ces discussions. Il est grand temps que ses responsables prennent part au débat et manifestent clairement leur position car les militants sont plongés dans une abyssale et inquiète perplexité ! 😁😁😁

  • A se rapprocher de Marine LR va disparaître ! N'est ce pas le vrai visage de cette droite ?

    pas d'accord c'est MARINE qui va disparaître , maintenant il faut une droite dure pour remettre de l'ordre en France

    avatar
    Voix_Off  (privé) -

    Avec la Walkyrie du Puy-en-Velay, il est vrai, on aura avant peu une belle occasion de se réjouir : en inoculant dans LR les purulences lepenistes, il instille des infections mortelles.

    avatar
    Voix_Off  (privé) -

    Avec la Walkyrie du Puy-en-Velay, il est vrai, on aura avant peu une belle occasion de se réjouir : en inoculant dans LR les purulences lepenistes, il instille des infections mortelles.

  • un leader qui n'a pas peur de se servir de l'argent du contribuable!

    Allez donc regarder ce qu'il fait dans sa région ! Ce n'est pas un socialo ......

    Peut-être mais certainement pas autant que ceux qui nous gouvernent qui en ont jamais assez ! ! !

  • Monsieur WAUQUIEZ les retraités de l'AIN sont avec vous , vous êtes notre espoir : depuis (30 ans ) nos retraites sont bloquées,nous ne savons pas ce que Mme PECRESSE en pense , des pauvres retraités (ées) qui vivent dans le silence et qui meurent dans le silence avec des retraites de (580 à 760 euros ) par mois ? ? ? ? si vous savez écrivez le merci (j'ai 77 ans ) et une retraite de (1480 euros ) ancien cadre ;!!! !!! il y a pire que moi , il faut défendre les autres ;;!!! merci

    Bravo pour votre commentaire.

    pas de souci ,pour nos retraites on a 8 % de trop encore ,ce sont les EXPERTS qui le disent

    Les gens qui ont une retraite de 580 à 760 euros par mois sont des gens qui ont décidé de partir avant d'avoir acquis leurs droits , ou avant 67 ans.
    C'est un choix individuel, pas une conséquence de la politique.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]