Racisme, incitation à la haine: Roussel (PCF) veut rendre inéligibles les personnes condamnées

Racisme, incitation à la haine: Roussel (PCF) veut rendre inéligibles les personnes condamnées
Le candidat communiste à la présidentielle Fabien Roussel au salon de l'élevage de Cournon d'Auvergne le 6 octobre 2021

publié le dimanche 10 octobre 2021 à 15h48

Le candidat communiste à la présidentielle Fabien Roussel veut renforcer la loi Gayssot pour rendre inéligibles des personnes condamnées pour racisme ou incitation à la haine raciale, avec le polémiste Eric Zemmour dans son viseur.

"Il y a dans notre pays la loi Gayssot (de 1990) qui condamne toute personne qui tient des propos racistes, xénophobes, antisémites, moi je proposerai de renforcer la loi Gayssot en rendant inéligibles des personnes qui sont condamnées pour racisme, pour incitation à la haine raciale, pour discrimination en fonction de sa religion", a annoncé dimanche le patron du PCF sur Radio J.

"Aujourd'hui des juges décident de rendre inéligibles des responsables politiques, des élus qui ont, par exemple, fait du détournement de fonds, (et) je pense qu'on devrait avoir les mêmes sanctions pour incitation à la haine raciale, pour racisme, pour antisémitisme", a-t-il ajouté.

"Ce sont des condamnations" pour des faits graves "qui portent atteinte aux valeurs de la République, à la cohésion nationale, au vivre ensemble et il faut donc peut-être avoir un peu plus de sévérité dans ce domaine-là", a insisté M. Roussel, pour qui Eric Zemmour est "carrément" concerné.

Le candidat communiste a dénoncé "une grosse opération marketing autour d'un personnage qui a été condamné plusieurs fois pour incitation à la haine raciale, pour discrimination en fonction de sa religion, quelqu'un qui réhabilite Papon, qui réhabilite Pétain, qui fait du révisionnisme historique", et qui selon lui, "fait le jeu de l'antisémitisme".

"Ce qui se passe en ce moment est en train d'abaisser terriblement le niveau du débat politique", s'est indigné M. Roussel, qui y voit "une immense opération de division des Français mais aussi de diversion pour ne pas parler de ce qui est au coeur de la vie de beaucoup de nos concitoyens, les questions de pouvoir d'achat, du salaire, des retraites, de l'avenir des enfants, de la santé".

Fréquemment poursuivi en justice pour des déclarations controversées, Eric Zemmour a été plusieurs fois relaxé mais aussi condamné pour provocation à la discrimination raciale en 2011 et pour provocation à la haine envers les musulmans en 2018.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.