Quarantaine : "Nous avons engagé la bataille contre les variants", assure Jean Castex à Roissy

Quarantaine : "Nous avons engagé la bataille contre les variants", assure Jean Castex à Roissy
Le Premier ministre Jean Castex le 22 avril 2021.

publié le dimanche 25 avril 2021 à 09h59

Alors qu'une quarantaine de 10 jours pour les passagers en provenance de cinq pays est entrée en vigueur samedi pour éviter la propagation des variants, le Premier ministre s'est rendu dimanche matin à l'aéroport Charles-de-Gaulle pour vérifier que le protocole était bien mis en place. 

Alors que l'exécutif entend desserrer progressivement l'étau des restrictions, une quarantaine de dix jours a été décidée pour éviter la propagation des variants - brésilien, sud-africain et maintenant indien - qui inquiètent les autorités politiques et sanitaires. Ainsi, depuis samedi 24 avril, tous les voyageurs revenant du Brésil, d'Inde, du Chili, d'Afrique du Sud, d'Argentine mais aussi de Guyane, devront fournir à leur compagnie aérienne avant l'embarquement un justificatif du lieu choisi pour passer la quarantaine. Des contrôles de police seront réalisées aléatoirement et l'amende pour non-respect de cette quarantaine oscillera entre 1.000 à 1.500 euros, contre 135 actuellement.



"Toutes les précautions sont prises", a assuré dimanche Jean Castex lors d'un déplacement à l'aéroport parisien de Roissy Charles-de-Gaulle pour contrôler "l'effectivité des mesures".  "Nous avons engagé la bataille contre les variants, qui sont une menace face à laquelle nous devons nous protéger", a ajouté le Premier ministre. 



"Je constate que les variants notamment brésilien et sud-africain non seulement sont très peu nombreux sur le territoire national, mais ont même tendance ces dernières semaines à régresser", a-t-il par ailleurs expliqué, insistant sur le fait qu'il était "impératif de tenir cette ligne, en parallèle du déploiement de la vaccination, car c'est là que se situe le chemin de la sortie de crise sanitaire". 



Lors de ce déplacement, Jean Castex a été interpellé par une passagère qui lui a reproché la lenteur des tests et de l'arrivée de leurs résultats, lors de voyage "avec des personnes très âgées ou avec des enfants en bas âge". 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.