Quand Juppé évoque l'enseigne Prisunic, disparue depuis 15 ans

Quand Juppé évoque l'enseigne Prisunic, disparue depuis 15 ans

Alain Juppé le 7 novembre 2016.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le lundi 14 novembre 2016 à 09h40

Invité de France 3 dimanche, le candidat à la primaire de la droite a cité la chaîne de supermarchés qui a fermé en 2002. Une bourde "anecdotique" selon lui.

Les politiques français sont-ils en phase avec la réalité ? Après le ticket de métro à 4 euros de Nathalie Kosciusko-Morizet ou le pain au chocolat à 15 centimes d'euros de Jean-François Copé, le doute est permis.

Alain Juppé a rajouté de l'huile sur le feu en évoquant dimanche 13 novembre Prisunic. Interrogé sur France 3 dans "Dimanche en politique" sur le revenu universel de base, le maire de Bordeaux et candidat à la primaire de la droite s'est demandé "si tout le monde va le toucher, de madame Bettencourt jusqu'à la vendeuse de Prisunic ?" Or, l'enseigne a disparu en 2002.



Une remarque qui n'a pas manqué de faire réagir, entre moquerie et indignation, sur les réseaux sociaux à une semaine du premier tour de la primaire de la droite.









Invité de RTL ce lundi matin 14 novembre, l'ex-Premier ministre a tenu à désamorcer la polémique. "Je voudrais vous rassurer, et je salue la vigilance de tous les observateurs, je fais mes courses moi-même à Bordeaux. Je ne vais pas au Prisunic, mais à Monoprix, Auchan et Simply Market ou Carrefour Market. Je vis dans le monde réel et je fais la queue à la caisse de ces magasins".



Selon lui, il s'agit d'une bourde "anecdotique". "Venez à Bordeaux et demandez au gens", insiste-t-il avant d'ironiser et d'ajouter : "J'ai fait une énorme connerie, cela disqualifie ma candidature pour l'élection présidentielle".
 
68 commentaires - Quand Juppé évoque l'enseigne Prisunic, disparue depuis 15 ans
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]