Quand François Fillon parlait d'"éthique en politique"

Quand François Fillon parlait d'"éthique en politique"©Le Point

Le Point, publié le mercredi 15 février 2017 à 12h07

Après le discours de Sablé-sur-Sarthe, une nouvelle archive vidéo fragilise la campagne du candidat, basée sur "l'exemplarité" dans la vie politique.

En pleine tourmente des emplois présumés fictifs de son épouse, François Fillon est une nouvelle fois victime des archives. Repérée par le média en ligne "Brut", une interview vidéo de la chaîne Franceinfo refait surface et vient fragiliser encore un peu plus sa campagne.

Interrogé en septembre dernier, cinq jours après son discours estival de Sablé-sur-Sarthe, lors duquel il avait prononcé cette phrase désormais célèbre : "Qui imagine un seul instant le Général de Gaulle mis en examen ?", le candidat de la droite et du centre à la présidentielle s'explique. "Il y a un problème d'abaissement de la morale publique, déclare François Fillon. Il y a un problème d'abaissement du niveau d'éthique dans la vie politique."



À savoir si son discours de Sablé pointait vers son rival de l'époque, Nicolas Sarkozy, François Fillon rétorque : "Il y a des ministres qui ne paient pas leurs impôts, il y en a qui ont des comptes en Suisse." Les journalistes de Franceinfo voient ici une référence aux ex-ministres socialistes, Thomas Thévenoud et Jérôme Cahuzac. Mais la critique de celui qui est encore député de Paris ne s'arrête pas là : "Ce que je mets sur le même plan, c'est la manière dont le système politico-médiatique passe sur toutes ces affaires. Tout ça, ça fait la Une pendant trois jours, et puis ensuite c'est fini, on n'en parle plus. (...) Si on veut rétablir l'autorité dans le pays, je dis qu'il faut des responsables politiques honnêtes, irréprochables".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
389 commentaires - Quand François Fillon parlait d'"éthique en politique"
  • Il faudrait ressortir cet interview et demander des éclaircissements à ce monsieur. Pour ma part si M. FILLON est élu , il ne fera rien .Il profitera ensuite du salaire de président à vie. Il devrait théoriser celà.

  • je me demande comment il peut être encore légitime c'est de la science fiction

  • Pour avoir "des responsables politiques honnêtes, irréprochables", il faudra attendre encore un peu, mais au moins, M. Fillon ne peut pas se plaindre de l'oubli de son affaire au bout de trois jours.

    Si mes réflexions concordent avec celles d'un journaliste professionnel, cela montre qu'elles ont un peu plus d'intérêt que n'en a, par exemple, la critique d'un calcul qui serait faux parce que conduit sans tenir compte de l'égalité entre un km² et 2 hectares. (Si, si, j'ai vraiment lu ça sur ce forum, mais je ne sais plus qui avait pu l'écrire.)

    Je crois utile de signaler à Vellave qu'il existe des gens qui pensent par eux-mêmes et ne sont pas réduits à reproduire les propos des journalistes.

    Vellave

    En plus de posséder des compétences absolument exceptionnelles en Physique et depuis peu en grammaire, vous êtes certainement devin pour savoir ce que je peux écouter, si j'ai entendu un certain commentaire fait par un journaliste en particulier et en plus si j'ai publié un post avant ou après.
    Alors, pour votre gouverne, je n'ai ni entendu ni lu de formule ironique sur la campagne de M. Fillon, ni avant de publier la réaction qui vous préoccupe depuis plus d'un mois, ni après.
    Cela dit, il existe bel et bien des journalistes amateurs : les journaux tenus dans des écoles, collèges, ou lycées ou encore publiés par des associations (souvent sous le nom de "bulletins") ne sont pas réalisés par des professionnels de l'information. Et puisque vous référez à France Inter, certains de ses journalistes participent à un projet de reportages radio avec des élèves de divers collèges franciliens, nécessairement amateurs.

    Des adolescents qui pratiquent un sport ne le font pas comme professionnels, sauf très rares exceptions; ils sont ce que l'on appelle des sportifs amateurs.
    De la même façon, des élèves qui écrivent pour le journal de leur établissement sont bien des journalistes amateurs. À cette occasion, par respect pour leur lectorat, ils prennent généralement la peine de relire leur prose afin de ne pas la laisser truffée de fautes d'orthographe et de syntaxe. Certains feraient bien de s'en inspirer.
    S'ils font un exposé devant leurs camarades et leur apprennent ainsi quelque chose, ils restent des élèves parce que la progression du cours sur l'année, tâche fondamentale de l'enseignant, ne leur incombe pas.

    Un rayon ? Je ne sais pas, mais dans le genre, je commence à connaître Vellave.

    il y a des gens qui sont si attachés à leurs idées fixes qu'il n'arrivent même pas à lire une explication.

    L'insistance de Vellave à accuser les autres de plagiat montre assez bien ses propres pratiques.
    Il croit que tout le monde agit comme lui, par exemple lorsqu'il s'imagine que ses écrits sont "pistés" alors que c'est lui qui a écrit : "moi dans les favoris j'y mets les gens qui disent n'importe quoi et je ne peux accepter qu'ils le fassent.".

  • éthique ? et toc !!

  • L' éthique en politique consiste à se gaver ( la plupart outre leurs avantages personnels cumule les " jobs , en fait profiter sa famille ) à s'accorder des privilèges : pendant leur mandat et à l'heure de la retraite , tout en disant au peuple de se serrer la ceinture et en criant au scandale s 'ils sont pris" le doigt dans la confiture.
    Aucun n'en sort grandi , et les urnes parlent et parleront..