Quand Édouard Philippe invente un "ministère" de la Corse

Quand Édouard Philippe invente un "ministère" de la Corse
Édouard Philippe à l'Assemblée nationale le 14 mars 2018.

Orange avec AFP, publié le mercredi 14 mars 2018 à 15h48

Le président de l'Assemblée de Corse Jean-Guy Talamoni a reçu une lettre du Premier ministre lui demandant de mobiliser "les partenaires de (son) ministère" dans le cadre d'une consultation des citoyens sur l'Europe.

S'il y a bien une "Madame Corse" au gouvernement, à savoir Jacqueline Gourault, la secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur, il n'existe pas pour autant de ministère dédié à l'île de Beauté. D'où la "divine surprise" de Jean-Guy Talamoni lorsqu'il a reçu une lettre d'Édouard Philippe lui parlant de son ministère.

Le président de l'Assemblée de Corse a posté mardi 13 mars sur Twitter un courrier du Premier ministre l'informant de l'organisation de consultations citoyennes sur l'Europe et lui demandant d'en "organiser une ou plusieurs dans votre d'intervention et sur un des thèmes de la feuille de route (...) Il est aussi attendu que vous mobilisiez les partenaires et les réseaux de votre ministère.

"Je pense aux opérateurs de votre périmètre ministériel", a insisté quelques lignes plus bas le chef du gouvernement.



"Je crains que ce ne soit une erreur...", s'est amusé sur le réseau social le leader indépendantiste.

La veille, les deux hommes s'étaient rencontrés avec le président de l'exécutif corse Gilles Simeoni, à Matignon, pour parler du volet sur la Corse de la future réforme de la Constitution. "Le gouvernement pour l'instant s'est contenté de prendre acte de nos propositions et n'a pas fait connaître la sienne", a déploré M. Simeoni, parlant de "statu quo" sur le dossier. Seule confirmation obtenue auprès du Premier ministre : la mention de la Corse dans la Constitution, engagement d'Emmanuel Macron lors de sa visite dans l'île début février "se fera à travers un article spécifique consacré à la Corse".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.