PSA quitte l'Iran en trombe devant la menace de sanctions

PSA quitte l'Iran en trombe devant la menace de sanctions
Une Peugeot 206 produite en Iran dans une rue de Téhéran

Libération, publié le mardi 05 juin 2018 à 15h40

Demi-tour au frein à main: menacé de lourdes sanctions américaines, comme d'autres entreprises françaises présentes en Iran, PSA a décidé de quitter le pays sans attendre l'expiration de l'ultimatum fixé au 6 août par Donald Trump.

Le constructeur automobile français a annoncé lundi soir qu'il avait «commencé le processus de suspension de (ses) activités afin de se conformer à la loi américaine» d'ici cette deadline. Une décision sans surprise après l'embargo décrété par Washington vis-à-vis de Téhéran, dans la foulée de la dénonciation unilatérale de l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien par les Etats-Unis. Il y a quelques jours, le pétrolier Total, très impliqué dans le projet gazier South Pars, avait lui aussi décidé de plier bagage, son PDG

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.