Professeur décapité : Xavier Bertrand dénonce le rôle de "l'imam Google"

Professeur décapité : Xavier Bertrand dénonce le rôle de "l'imam Google"
Le président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand.

, publié le lundi 19 octobre 2020 à 07h40

Selon le président de la région Hauts-de-France, les réseaux sociaux sont "un lieu d'impunité", permettant la radicalisation islamiste. 

"Arrêtons la plaisanterie avec les réseaux sociaux. C'est un lieu d'impunité, l'imam Google est plus puissant que la mosquée aujourd'hui.

Il faut changer la Constitution", a dénoncé Xavier Bertrand, dimanche 18 octobre, dans  "Le grand jury" RTL, Le Figaro, LCI




Le président de la région Hauts-de-France souhaite "restreindre l'usage, l'accès" aux réseaux sociaux "pour ceux qui font l'apologie du terrorisme et de la haine". "Vous avez le droit de garder vos pseudos, mais si vous vous rendez coupable d'appel à la haine ou d'apologie du terrorisme, il faut que l'anonymat soit levé tout de suite", estime-t-il. Pour cela, "l'une des possibilités est que vous soyez tenu de dire à votre hébergeur, et à lui seul, votre identité, de façon à ce que votre anonymat puisse être levé", propose l'ex-ministre de Nicolas Sarkozy. 

Plus largement, il veut "entrer en guerre contre les islamistes". "On est à un point de bascule dans notre pays. Les discours, les rassemblements, ça a son importance", mais "oui ou non, on entre en guerre contre les islamistes ?", a-t-il interrogé. 

"Faire preuve de courage" 

"Ce que je propose est une voie très différente" de celle tracée par Emmanuel Macron, dont le discours récent sur les séparatismes "allait dans la bonne direction" mais est "dépassé", estime l'ancien ministre, possible futur candidat à l'élection présidentielle.

"Nous prenons conscience que si nous ne mettons pas un coup d'arrêt maintenant, ce sont nos enfants qui pendant 10 ans, 20 ans, 30 ans vont vivre avec le poids des islamistes parce que nous n'aurons pas fait preuve de courage supplémentaire", selon Xavier Bertrand. 

De nouvelles sanctions pour les parents qui empêchent leurs enfants d'aller aux cours sur la Shoah

Il plaide pour que l'"on mène une véritable offensive républicaine : que la France retrouve toute sa place partout, sur tout le territoire". 

D'après le président de région, "il faut créer de nouvelles sanctions judiciaires pour celles et ceux qui s'en prennent au principe de laïcité et aux valeurs de la République", par exemple pour les parents d'élèves "qui disent qu'il ne faut pas aller aux cours sur l'histoire de la Shoah", ou pour ceux qui ne respectent pas l'égalité entre les femmes et les hommes. 

Un référendum pour modifier la Constitution 

Les sanctions existantes "ne sont pas suffisamment faciles à utiliser", donc "il faut changer le droit", prône-t-il. "Cela passe par une modification de la Constitution sur certains points" : il faudrait ainsi par référendum "consacrer le principe de laïcité au même niveau que l'égalité, la liberté, la fraternité". Eric Ciotti (LR) a également suggéré un tel référendum. 

En outre, "tous ceux sur le territoire français de nationalité étrangère qui commettent un délit ou un crime, s'en prennent aux valeurs de la République, doivent quitter le territoire". Et "tous ceux qui se réclament du salafisme, des Frères musulmans, doivent être interdits d'exercer dans notre pays", assure Xavier Bertrand. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.