Prix de l'énergie : Jean Castex au 20h de TF1 pour annoncer de nouvelles mesures

Prix de l'énergie : Jean Castex au 20h de TF1 pour annoncer de nouvelles mesures
Jean Castex, à Paris, le 26 septembre 2021
A lire aussi

publié le mercredi 29 septembre 2021 à 22h45

La question explosive des tarifs de l'électricité et du gaz s'immisce dans le débat national, sur fond de flambée des cours mondiaux.

Confronté à une hausse "historique" des tarifs réglementés du gaz et de l'électricité, l'exécutif prépare une réponse qui doit être en partie dévoilée jeudi 30 septembre, par Jean Castex, au journal de 20h de TF1. Le Premier ministre viendra annoncer "les mesures du gouvernement pour faire face à l'augmentation des prix de l'énergie", a annoncé la chaîne mercredi.

Selon une source gouvernementale, ces mesures s'adressant aux ménages comme aux entreprises ne seraient pas forcément des leviers fiscaux (TVA) ou une nouvelle rallonge au chèque énergie, mais pourraient concerner des mécanismes de lissage en amont dans la construction du prix.

Les règles européennes du marché de l'énergie dans le viseur?

Lundi, le régulateur de l'énergie a annoncé une hausse de 12,6% TTC au 1er octobre des tarifs réglementés du gaz appliqués par Engie, dans le sillage de la hausse des cours sur le marché, poussant le gouvernement à promettre mardi des mesures "dans les tout prochains jours" pour désamorcer les risques d'un mouvement de protestation rappelant les gilets jaunes, en pleine campagne présidentielle.

Les prix du gaz sont à des niveaux élevés en Europe pour diverses raisons : stocks bas, forte demande en Asie, incapacité de la Norvège et de la Russie à augmenter leurs livraisons. Le sujet est d'autant plus épineux qu'une hausse des tarifs réglementés de l'électricité devrait suivre en début d'année prochaine. L'UFC-Que choisir craint une augmentation de 10%. Interpellé lors des questions au gouvernement à l'Assemblée, Jean Castex a affirmé mardi avoir demandé à ses services "des actions complémentaires qui seront présentées dans les tout prochains jours".

Ce mercredi 29 septembre, la ministre de l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, a pour sa part critiqué le fonctionnement du marché de l'énergie européen, estimant que le lien entre prix de l'électricité et prix du gaz était "une aberration". "Avoir un marché de l'électricité qui soit connecté à celui du gaz pose un problème. Au fond, c'est une aberration écologique et c'est une aberration économique", a déclaré la ministre à Bruxelles, en marge d'une réunion des ministres européens de l'Industrie.

Ses propos font écho à ceux de son collègue des Finances Bruno Le Maire qui avait réclamé la semaine dernière de "revoir de fond en comble le fonctionnement du marché unique de l'électricité". Jugeant ses règles "obsolètes", il a promis d'aborder le sujet lors d'une réunion des ministres des Finances de la zone euro le 4 octobre à Luxembourg. "En France, on s'approvisionne en électricité à partir des centrales nucléaires et de l'énergie hydraulique, donc on a une énergie décarbonée et un coût très bas, mais le marché (...) fait qu'il y a un alignement des prix de l'électricité en France sur les prix du gaz", avait-il dénoncé, sans préciser ses pistes de réforme. Les prix de l'électricité sont en train de flamber sur le marché de gros, tirés par ceux du gaz.

Cette hausse de l'électricité "est difficile à expliquer à la population. Elle est contre-intuitive à un moment où on plaide pour une plus grande électrification pour économiser des tonnes de CO2" et où "il y a de plus en plus d'énergies renouvelables et de moins en moins d'énergie fossile", a estimé Agnès Pannier-Runacher. 


 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.