Prime à la conversion : la ministre de la Transition écologique veut "resserrer les critères sur les véhicules les moins polluants"

Prime à la conversion : la ministre de la Transition écologique veut "resserrer les critères sur les véhicules les moins polluants"
La ministre de la Transition écologique, le 17 juillet 2020 à l'Elysée.

publié le jeudi 23 juillet 2020 à 12h00

Si elle n'a pas précisé quels seraient les critères de la prime à la conversion qui seront revus au mois d'août, Barbara Pompili a néanmoins évoqué jeudi matin sur France Inter une sortie des véhicules diesel. 

En mai dernier, Emmanuel Macron a annoncé un vaste plan de soutien à l'industrie automobile, avec notamment un renforcement et une simplification de la prime à la conversion. Une opération couronnée d'un vif succès, puisque les 200.000 primes à la conversion devraient être écoulées d'ici la fin juillet, s'est félicité le 16 juillet dernier le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, en annonçant la prolongation de cette prime, mais à de nouvelles conditions.




Ce qu'a confirmé jeudi 23 juillet la ministre de la Transition écologique. "On va revoir les critères à partir d'août", a annoncé Barbara Pompili sur France Inter. "Et je crois que je vais resserrer les critères sur les véhicules les moins polluants", a-t-elle ajouté sans plus de précisions. "On va revoir les critères, je ne peux pas vous dire exactement lesquels, mais je pense que ce serait bien si on ne pouvait plus mettre de diesel, par exemple. Mais ce n'est pas encore arbitré", a-t-elle par la suite précisé. 




Lancé le 1er juin, le dispositif, sous conditions de revenus, prévoit une prime pour l'achat d'un véhicule en échange de la mise au rebut d'un véhicule ancien. En cas d'achat d'une voiture récente essence ou diesel, son montant est fixé à 3.000 euros, et à 5.000 euros pour un véhicule électrique. 

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.