Bertrand se pose en rassembleur à quelques jours du congrès LR

Bertrand se pose en rassembleur à quelques jours du congrès LR
Xavier Bertrand avant le débat des candidats LR à l'élection présidentielle sur CNEWS et Europe 1, Paris, le 21 novembre 2021
A lire aussi

publié le vendredi 26 novembre 2021 à 20h41

Xavier Bertrand, candidat à l'investiture LR pour la présidentielle, s'est posé en rassembleur vendredi soir à Nice, à cinq jours du congrès où les adhérents trancheront entre cinq prétendants.

"On me disait: est-ce que les jeux ne sont pas faits dans les Alpes-maritimes?" a lancé en début de discours le candidat, seul de la compétition à tenir une réunion à Nice, au coeur de la puissante fédération de son rival Eric Ciotti.

Mais "les jeux ne sont jamais faits", a-t-il ajouté, alors que les adhérents LR désigneront leur candidat du 1er au 4 décembre, lors d'un congrès à l'issue difficilement prévisible.

Xavier Bertrand, qui avait lui aussi quitté LR en 2017 avant de reprendre sa carte en octobre, est longuement revenu sur son choix, devant les 250 spectateurs venus l'écouter, le justifiant par ses convictions face à l'extrême droite. 

Malgré ce départ "jamais je n'ai rejoint le gouvernement d'Emmanuel Macron", a-t-il lancé dans la ville de Christian Estrosi, ex-LR qui vient récemment de signer une tribune soutenant la réélection du chef de l'Etat.

A l'entrée de la salle Alexandra, 41 ans, explique que "Xavier Bertrand a douté, mais il est revenu humblement, et je ne lui en tiens pas rigueur". Elle l'assure pourtant: "j'aime aussi beaucoup Éric Ciotti!"

Pour Renée, 65 ans, ce sera "surtout pas Ciotti qui ressemble trop a Zemmour!", le polémiste identitaire qui se trouvait vendredi à Marseille. "Ciotti fera beaucoup ici, mais au final c'est Bertrand qui va sortir", veut-elle croire.

Laura, 16 ans, toute récente adhérente, hésite elle entre Xavier Bertrand et Valérie Pécresse "qui ont marqué les débats".

"Le 4 décembre, une nouvelle étape de la campagne présidentielle s'ouvrira. Je veux la mener avec Michel Barnier, Valérie Pécresse, Eric Ciotti et Philippe Juvin", a assuré le candidat, en martelant sa "volonté de rassemblement".

Assurant être "celui qui peut le mieux comprendre les Français", il a rappelé les trois piliers de son projet: "l'autorité, le travail et les territoires", quittant le pupitre de son discours pour arpenter la scène lors des questions-réponses.

Mais "c'est en équipe qu'on réussit" a-t-il ajouté, saluant les idées de taxe carbone aux frontière de l'UE de Michel Barnier, de réserve éducative de Valérie Pécresse, et de suspension des allocations familiales en cas d'absentéisme scolaire d'Eric Ciotti.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.