Primaire LR : Jean-Luc Mélenchon déplore la fin de la "droite républicaine"

Primaire LR : Jean-Luc Mélenchon déplore la fin de la "droite républicaine"
Jean-Luc Mélenchon, le 17 novembre 2021, sur le plateau de TF1

publié le vendredi 03 décembre 2021 à 10h15

Le chef de file insoumis s'en est pris au "discours hargneux" qui règne selon lui chez les Républicains.

"Je déplore la disparition de la droite républicaine". Au lendemain des résultats du premier tour de la Primaire LR, qui a propulsé Eric Ciotti et Valérie Pécresse en finale pour l'investiture de la droite en vue de l'élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a fait part de ses doutes face une tendance politique qui l'inquiète.

"Beaucoup de gens qui étaient autrefois dans la démocratie chrétienne, qui se reconnaissaient dans le RPR ensuite.

Des gens qui défendent ardemment les principes républicains mais qui vont pas dans l'excès. Maintenant, c'est plus ça, c'est un discours hargneux", a t-il jugé, à l'antenne de RMC/BFMTV, vendredi 3 décembre.

Macron, une droite plus "civilisée" ?

Crédité d'une dizaine de points d'intentions de vote dans les sondages sur la prochaine bataille pour l'Elysée, Jean-Luc Mélenchon estime que le "destin promis" des Républicains est "de se faire dépouiller d'un côté par l'extrême droite et de l'autre par monsieur Macron, qui incarne une droite plus "civilisée". "Les gens de droite que je connais, ça les horrifie un truc pareil!", a t-il encore ajouté.



La veille, Jean-Luc Mélenchon et d'autres responsables politique de gauche avaient déjà déploré la qualification de Valérie Pécresse et de Eric Ciotti "Pécresse et Ciotti: fin de la droite de tradition républicaine. L'extrême droite ou les Versaillais. Zemmour et Macron vont se partager les restes", avait ainsi tweeté le chef de file insoumis avant d'ironiser sur les sondages qui donnaient Xavier Bertrand en tête: "Encore une brillante démonstration de l'efficacité des boules de cristal sondagières", a-t-il salué.

La députée européenne LFI Manon Aubry a elle aussi souligné la "Déchéance consommée d'une droite à la dérive qui n'a plus rien de républicaine", en faisant un constat amer: "Ciotti qui +voterait Zemmour très clairement+ en cas de second tour contre Macron en tête de la primaire LR. Conclusion logique d'une campagne qui n'aura porté que sur l'islam et l'immigration", a-t-elle dénoncé.

Pour l'ancien premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis, "Ciotti en tête c'est la conversion des Républicains aux thèses Zemmour/Le Pen. C'est l'élargissement du courant nationaliste d'exclusion. Soit il gagne, soit il pèsera sur Pécresse", a-t-il estimé, appelant la gauche à "se réveiller". 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.