Primaire LR : Christian Jacob annonce deux sondages pour nommer un "candidat de rassemblement"

Primaire LR : Christian Jacob annonce deux sondages pour nommer un "candidat de rassemblement"©Panoramic

publié le mercredi 09 juin 2021 à 13h15

Le président des Républicains, Christian Jacob, a annoncé, mercredi 9 juin, que deux enquêtes d'opinion seront conduites afin de dégager un candidat pour la primaire à la présidentielle de 2022. Une décision qui ne fait pas l'unanimité au sein du parti.

Nouveau volet dans le feuilleton de la primaire à la présidentielle de 2022 chez les Républicains.

Après deux mois de crise, déclenchée par Renaud Muselier et réalimentée récemment par Guillaume Peltier, les membres du parti se divisent cette fois autour du "processus de sélection du candidat ou de la candidate" de la droite et du centre, annoncé par Christian Jacob, mercredi 9 juin. Le président des Républicains a convoqué dans la matinée un conseil stratégique pour statuer sur les modalités de la primaire, durant lequel, Jean Leonetti, maire LR d'Antibes, a été chargé de travailler sur ce processus, rapportent Le Figaro et franceinfo.



Dans cette perspective, deux enquêtes ont été commandées au Cevipof pour "avoir des bases scientifiques incontestables qui permettent d'éclairer les choses", a précisé Christian Jacob lors d'une conférence de presse. En l'occurrence, de savoir si un ou une candidate "s'impose naturellement et dans lequel les autres candidats se reconnaissent". Les conclusions des deux enquêtes, menées auprès d'un panel de plus de 15 000 personnes, sont attendues "autour du 20 septembre" et en octobre. Sans résultat clair, le parti reviendra à "un processus de sélection" entre différents candidats, a ajouté Christian Jacob. Une sorte de primaire donc. Le but final est de pouvoir présenter un candidat en novembre, avance franceinfo.

Une stratégie qui divise déjà

"L'objectif, aujourd'hui, c'est clairement de construire et d'avoir un candidat de rassemblement. Il ne s'agit pas de jouer ou de chauffer les camps contre les autres, c'est exactement le contraire", a-t-il assuré, cité par Le Figaro. Une justification qui ne convainc pas l'ensemble des cadres LR. Un participant du conseil stratégique a ainsi estimé auprès de franceinfo que Christian Jacob cherchait avec ces sondages à "gagner encore du temps pour tuer la primaire". Même son de cloche chez un proche du président des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, qui dénonce une situation "floue". Un autre proche de l'ancien ministre a déploré auprès de la chaîne une certaine complexité : "Ce serait bien de faire simple une fois de temps en temps !". Un partisan de la primaire semble de son côté juger que, justement, le président des Hauts-de-France est au final "le perdant de la séquence" : "Pour Xavier Bertrand, cela acte quand même qu'il n'a pas réussi à s'imposer en candidat naturel".


 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.