Ile-de-France: Pécresse lance son programme de mandature

Chargement en cours
Valérie Pécresse, réélue à la tête de la région Ile-de-France, le 2 juillet 2021 à Saint-Ouen, près de Paris
Valérie Pécresse, réélue à la tête de la région Ile-de-France, le 2 juillet 2021 à Saint-Ouen, près de Paris
1/3
© AFP, MARTIN BUREAU

publié le jeudi 22 juillet 2021 à 01h49

Valérie Pécresse, réélue fin juin à la tête de l'Ile-de-France et potentielle candidate à l'élection présidentielle, a lancé mercredi une grande partie du programme de la mandature 2021-2028, l'opposition liant cette "précipitation" à la primaire de la droite.

Trois semaines seulement après sa large réélection (45,92%) lors d'une quadrangulaire, l'élue de Vélizy-Villacoublay (Yvelines) a lancé, comme elle l'a annoncé, la plupart de ses chantiers de mandat lors d'une première séance plénière qui s'est étalée de 09h00 du matin jusqu'au milieu de la nuit, pour être levée à 01h30 par le premier vice-président Jean-Didier Berger.

"Ce soir, c'est à marche forcée que vous nous avez obligés à voter 80 % de votre programme", a enragé l'opposante Annie Lahmer (EELV).

Renoncement aux avances versées à 7.000 entreprises endettées par la crise, création d'un fonds d'investissement stratégique, d'une mutuelle de santé régionale et d'une banque régionale des jeunes, aides à l'achat d'un véhicule ou d'une chaudière moins polluants, ou encore d'une alarme anti-cambriolage, figurent dans ce programme.

Au Conseil régional, qui siège à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) où elle l'a fait déménager lors de son premier mandat, Valérie Pécresse bénéficie désormais d'une majorité de droite et du centre renforcée (125 conseillers sur 209).

L'adoption des cinq rapports contenant les grandes mesures du programme ne fut donc qu'une longue formalité, après celle du compte administratif 2020 et du budget supplémentaire 2021, qui marquait selon Mme Pécresse "le coup d'envoi de la mandature".

L'opposition de gauche, mais aussi le RN, ont dénoncé ce calendrier hâtif. "Vous auriez pu les voter en septembre, ç'aurait été plus loyal et démocratique" qu'en plein été, a ainsi protesté l'élu RN Wallerand de Saint-Just.

"Quand en 18 jours (Pécresse a été formellement réélue le 2 juillet, NDLR), vous lancez 80% de votre projet, c'est soit qu'il est rikiki, soit que vous mentez", a réagi Julien Bayou (EELV), interrogé par la presse. "On va vite voir que c'est un peu des deux".

Pour celui qui fut l'adversaire de Mme Pécresse au second tour, "on a une présidente de la région qui est déjà candidate à la présidence - ou à la primaire de la droite - et qui délaisse véritablement l'Ile-de-France".

- Lycées : "tout est lancé" -

Pour Benoît Hamon (Génération.s), la présidente (Libres!) procède justement "par précipitation" afin de se "distinguer de (ses) concurrents à la primaire". 

Mardi, l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy a participé à une réunion de son ancien parti LR visant à fixer des règles pour désigner un seul candidat en vue de 2022.

"Toutes les promesses que nous avons faites, il faut les mettre en place très vite pour rétablir la confiance avec les Franciliens", dont les deux tiers ont boudé le scrutin, a répondu la présidente à la presse.

Cela vaut pour les mesures opérationnelles rapidement, comme l'abaissement du prix des cantines scolaires pour les plus défavorisés, comme "les projets de long terme", souligne Mme Pécresse, qui cite l'agence régionale des travaux d'intérêt général ou le recrutement de 1.000 agents de sécurité supplémentaires dans les transports. "Tout cela prendra du temps, il faut lancer la dynamique", assume-t-elle, en prenant l'exemple du déménagement à Saint-Ouen.

Au groupe communiste, qui lui reproche d'avoir "confisqué" 483 millions d'euros - l'excédent budgétaire de 2020 -, elle répond que c'est justement la "situation financière exemplaire" qui permet le "nouvel effort historique" budgétaire.

Et au groupe Ile-de-France en commun (socialistes et apparentés) pour qui "la droite régionale n'a prévu aucune mesure majeure en direction des lycées publics", que ce soit sur "le manque de places, la vétusté de nombreux locaux et les difficultés liées à la gestion de la pandémie", Valérie Pécresse répond que "la rentrée est totalement sous contrôle".

"Le plan de rénovation des lycées adopté en 2017 a été complété l'an dernier, avec six milliards d'euros et 1.000 chantiers en cours", affirme-t-elle : "Tout est lancé". 

Pas vraiment l'avis du groupe Ile-de-France en commun, pour lequel elle a "délaissé les lycées lors de son précédent mandat" et "semble déjà totalement absorbée par ses ambitions personnelles pour 2022".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.