Présidentielle : Marine Le Pen ira au bout "quoi qu'il arrive", assure Jordan Bardella

Présidentielle : Marine Le Pen ira au bout "quoi qu'il arrive", assure Jordan Bardella
Jordan Bardella et Marine Le Pen, à Perpignan, en juillet 2021

publié le mercredi 20 octobre 2021 à 09h35

La candidate du Rassemblement national est donnée au coude à coude avec Eric Zemmour, qui fait toujours planer le suspense quant à sa place dans la course à l'Elysée.

"Elle ira au bout". A moins de six mois du premier tour de l'élection présidentielle, le président par intérim du Rassemblement national Jordan Bardella a défendu la candidature de Marine Le Pen, lancée "quoi qu'il arrive" dans la course à l'Elysée.

"N'ayez aucun doute sur le fait que Marine Le Pen ira au bout de cette élection présidentielle. Quoi qu'il arrive", a lancé mercredi 20 octobre Jordan Bardella sur RMC-BFMTV, qui se dit "prudent" face aux sondages. "Je pense que les pronostics qui avaient été faits (avant les dernières élections, ndlr) doivent nous appeler à l'humilité". "Je dis juste au système médiatique : ne faites pas cette élection six mois avant. Ne volez pas cette élection aux Français". "Elle ira au bout, elle est candidate à cette élection présidentielle pour gagner".

Jordan Bardella évoque le cas d'Eric Zemmour, dont il se contente d'écorcher les hésitations d'ordre "personnel".

"Zemmour nourrit les Français de constats"

"Pour l'instant, Eric (Zemmour) se demande s'il va être candidat. Marine, elle, n'est pas là à six mois d'une élection en train de se faire 'J'y vais j'y vais pas. Je finis la tournée de mon bouquin et je prendrai ma décision ensuite'". "Elle n'est pas dans une démarche d'intérêt personnel. Elle se demande pas à six mois d'une élection, 'Tiens, si je devenais présidente de la République'", a t-il encore ajouté. "Nous, on a des solutions concrètes. Eric Zemmour nourrir les Français de constats", estime t-il.

Le maire d'extrême droite de Béziers (Hérault) Robert Ménard, qui avait invité Eric Zemmour samedi, l'a imploré, ainsi que Marine Le Pen (RN), à "se retrouver en février prochain" pour s'unir avant la présidentielle. "Faire l'union des droites, c'est être capable de faire passer la France avant l'ego des uns et des autres", a plaidé l'édile de Béziers. "Je demanderai, je souhaiterai, j'implorerai, que vous deux, toi et Marine, Marine et toi, de se retrouver en février prochain, chacun sait que c'est à ce moment-là que les choses se cristallisent", a-t-il demandé. Robert Ménard, qui avait déjà promis de soutenir Mme Le Pen en 2022, a demandé qu'à cette échéance de février "celui qui à ce moment-là sera derrière l'autre accepte de se retirer".

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.