Présidentielle: les candidats au congrès LR affichent "unité" et "rassemblement"

Chargement en cours
Xavier Bertrand au siège de LR, où les six candidats à l'investiture du parti pour la présidentielle se sont réunis le 19 octobre 2021 à Paris
Xavier Bertrand au siège de LR, où les six candidats à l'investiture du parti pour la présidentielle se sont réunis le 19 octobre 2021 à Paris
1/3
© AFP, Ludovic MARIN

publié le mardi 19 octobre 2021 à 15h46

Les candidats à l'investiture de LR pour la présidentielle se sont réunis mardi matin au siège du parti pour afficher "unité" et "rassemblement", avec une "photo de famille" très attendue avant le congrès du 4 décembre.

Le président de LR Christian Jacob avait invité les six candidats, Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, Michel Barnier, Éric Ciotti, Philippe Juvin et Denis Payre, pour un petit-déjeuner, le premier du genre.

"Le congrès est l'occasion du rassemblement, ce matin était l'une des étapes. Il y en aura d'autres", a affirmé Xavier Bertrand, qui a accepté il y a une semaine de se plier à la mécanique du congrès.

"Aujourd'hui Les Républicains deviennent le parti pilier de la reconquête et de l'alternance, car quand on s'élargit on gagne, et on va gagner", à affirmé Valérie Pécresse.

Cette réunion intervient quelques jours après que Xavier Bertrand et Valérie Pécresse ont annoncé qu'ils allaient reprendre leur carte chez LR, parti qu'ils avaient quitté respectivement en 2017 et 2019.

Dans une ambiance "très cordiale" selon Michel Barnier, la réunion a permis d'"évoquer en détail l'organisation des débats" autour des mots d'ordre d'"unité, responsabilité et rassemblement".

La rencontre a d'ailleurs été immortalisée par une "photo de famille", postée sur les réseaux sociaux, des candidats attablés autour d'un petit déjeuner.

Car "pour que ça se passe bien à partir du 5 ça se construit dès maintenant", a fait valoir Christian Jacob.

"On connaît la recette de la victoire, on sait aussi comment on échoue: à chaque fois qu'on a des divisions, des aigreurs, on perd. On ne gagne que quand on est rassemblés", a-t-il martelé, alors que la droite avait été éliminée au premier tour de la dernière présidentielle en 2017.

La question des débats télévisés sera tranchée "mercredi matin", sur le nombre, la forme, et sur la date "avant ou après le 4" novembre qui marque la date limite de dépôt des parrainages.

"On se dirige vers un accord sur l'organisation de jusqu'à quatre débats au mois de novembre", a pour sa part indiqué le président des députés LR Damien Abad devant la presse. Il a salué "un échange nourri et cordial", témoignant de "la compréhension de la responsabilité qui était la leur".

"Ceux qui pensent que ça va être la bagarre entre nous vont en être pour leurs frais", a affirmé Xavier Bertrand.

"Seul le candidat issu de la famille de LR pourra battre Emmanuel Macron" alors que le pays "ne pourra pas supporter cinq ans supplémentaire d'inactivité ou d'erreur", a affirmé Eric Ciotti en appelant à "couper le robinet d'eau tiède".

"La famille est réunie, à nous de montrer que nous avons un projet de société, de prospérité économique et sociale", a renchéri Philippe Juvin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.