Présidentielle : le taux de participation en baisse à 17 heures

Présidentielle : le taux de participation en baisse à 17 heures©Panoramic

6Medias, publié le dimanche 07 mai 2017 à 17h00

À 17 heures, ce dimanche 7 mai, le taux de participation au second tour de l'élection présidentielle en France métropolitaine était de 65,30%. Au premier tour, il avait été de 69,42%.

Soit une baisse significative par rapport à 2012, où la participation à 17 heures était de 71,96%.

À midi, le taux de participation s'élevait à 28,23%, un chiffre en très légère baisse par rapport au premier tour où il avait été de 28,54%. En comparaison, il y a cinq ans, ce chiffre atteignait 30,66%. Les trois départements affichant la plus forte participation à la mi-journée étaient : le Gers (37,56%), la Haute-Marne (35,93%) et l'Aude (35,65%). À l'inverse les taux de participation les plus faibles à midi ont été enregistrés dans les Ardennes (21,02%), le Val-de-Marne (19,84%) et la Seine-Saint-Denis (19,54%).

L'élection présidentielle est traditionnellement celle où les Français se mobilisent le plus. En 2012, le taux de participation au second tour était de 80,35%, mais n'avait pas égalé 2007 et son taux de participation record de 83,97%.

Selon les derniers sondages, l'abstention quant à elle pourrait atteindre un niveau record, autour de 25%, sur les 47 millions d'électeurs inscrits sur les listes

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
79 commentaires - Présidentielle : le taux de participation en baisse à 17 heures
  • voter est une chance, oui, mais il faudrait que les votes blancs soient reconnus en France !!! au moins les électeurs se sont déplacés.... Allez on va en baver pendant 5 ans encore !!! ras le bol !

  • Participation en baisse à 17 heures, pas vraiment surpris.

  • Il faudrait peut être s'interroger sur les raisons de l'abstention plutôt que de se contenter de la constater

  • Que voulez vous, il fallait choisir entre la peste et le choléra.

    Absolument d'accord avec vous. Pour ma part j'ai renoncé à choisir. Je n'étais plus concerné par cette élection.

  • Je suis allé voter mais je le regrette déjà. Je me suis en quelque sorte fait le complice d'une politique, trompeuse, fallacieuse, pernicieuse, irrespectueuse, mensongère, réductrice, etc... etc...

    Vous pourrez vous rattraper au mois de juin.