Présidentielle: le président du Parti radical, Laurent Hénart, appelle à soutenir Macron

Présidentielle: le président du Parti radical, Laurent Hénart, appelle à soutenir Macron
Le président français Emmanuel Macron (d) rencontre le président du Parti radical valoisien Laurent Hénart au palais de l'Elysée à Paris, le 21 novembre 2017

publié le vendredi 12 novembre 2021 à 17h34

Le président du Parti radical, Laurent Hénart, va proposer à ses militants de soutenir la candidature d'Emmanuel Macron à la présidentielle, lors du congrès du plus vieux parti de France, les 10 et 11 décembre, a-t-on appris vendredi.

"Parce qu'il combat comme nous les extrêmes, parce que nous partageons des choix d'avenir pour la France, parce que nous soutenons son ambition pour l'Europe et parce qu'il a montré sa capacité à protéger les Français et diriger le pays dans la crise planétaire qui sévit, le Parti Radical décide de soutenir le Président de la République dans la prochaine élection présidentielle", écrit M. Hénart dans la résolution qu'il soumettra au vote de ses troupes.

"Dans ce monde menaçant, les Français veulent une République forte qui les protège", a expliqué à l'AFP le président d'un parti qui fête ses 120 ans, en considérant qu'"Emmanuel Macron est le mieux placé pour rassembler contre les populismes".

Laurent Hénart a par ailleurs appelé à une "nouvelle offre politique", alors que selon lui, "le paysage politique est en décomposition depuis 2017".

"Dans une majorité nouvelle, le Parti Radical pourra affirmer son identité et sa loyauté", a-t-il ajouté, en disant souhaiter, dans le cadre d'un deuxième mandat d'Emmanuel Macron, une "harmonisation des investitures" pour les élections législatives, ainsi qu'une "plateforme de gouvernement".

Alors qu'il compte aujourd'hui quinze députés, le plus vieux parti de France ambitionne d'en avoir le double en 2022, afin d'avoir un groupe parlementaire autonome mais "soutenant le pacte majoritaire de gouvernement" si la majorité actuelle devait être reconduite.

"Le choix pour Emmanuel Macron est aussi le choix du dépassement du clivage droite-gauche et des automatismes partisans que les Radicaux ont toujours défendu", écrit-il encore dans sa motion, en défendant "laïcité intransigeante et égalité femmes-hommes, plein-emploi et transition écologique, école inclusive et revenu universel, patrimoine culturel et innovation numérique, ordre républicain et libertés nouvelles".

Parti "associé" à l'UMP dans les années 2000, puis partie intégrante de l'UDI, le Parti radical avait repris son indépendance en 2017 avant d'intégrer la liste "Renaissance" de la majorité présidentielle aux élections européennes de 2019, mais s'était parfois affronté avec des listes macronistes aux municipales l'année suivante.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.