Présidentielle : le parcours de Christiane Taubira est "identifiable sur tous les enjeux", affirme-t-elle

Présidentielle : le parcours de Christiane Taubira est "identifiable sur tous les enjeux", affirme-t-elle©Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP

publié le vendredi 21 janvier 2022 à 22h18

"J'ai une sensibilité et je me suis engagée. Mon parcours me rend identifiable sur tous les enjeux : de justice, d'égalité des droits et d'écologie", a estimé Christiane Taubira dans un entretien à Libération ce vendredi 21 janvier.

Le parcours de Christiane Taubira, "identifiable sur tous les enjeux".

La candidate à la présidentielle a accordé un entretien à Libération ce vendredi 21 janvier. "J'ai une assise qui doit faire envie à des tas de gens", a-t-elle estimé.



Interrogée sur sa singularité dans une gauche morcelée en cinq candidatures principales, l'ancienne garde des Sceaux a vanté ses "30 ans de vie politique". "J'ai une sensibilité et je me suis engagée. Mon parcours me rend identifiable sur tous les enjeux : de justice, d'égalité des droits et d'écologie", a-t-elle dit.

"Contrairement aux procès qu'on me fait, je travaille depuis longtemps" sur l'écologie, en tant que Guyanaise témoin de la déforestation de l'Amazonie, a assuré Christiane Taubira. "Et j'ai une assise qui doit faire envie à des tas de gens", a-t-elle ajouté. "Il y a quand même un mouvement citoyen qui porte ma candidature depuis plus d'un an ("Avec Taubira", NDLR) et mobilise des dizaines de milliers de personnes", a-t-elle dit.

La candidate reconnaîtra le résultat de la Primaire populaire

"C'est aussi dans les mains d'un mouvement citoyen que je remets le destin de ma candidature et de ma légitimité. Aucun parti ne mobilise autant", a estimé Christiane Taubira, en référence à la consultation Primaire Populaire, forte de plus de 352.000 inscrits à date de vendredi.

La candidate, créditée d'entre 2,5 et 6% de voix dans les sondages, a annoncé reconnaître le résultat de ce vote en ligne, dont les inscriptions seront clôturées ce dimanche et qui aura lieu du 27 au 30 janvier.

Au contraire de Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot et Anne Hidalgo, qui ont critiqué cette initiative citoyenne pour les avoir inclus sans leur accord parmi les choix de vote.

Sur franceinfo, la candidate PS s'est dite "très choquée" après la publication d'une vidéo interne, datée d'octobre, dans laquelle l'un des responsables de l'initiative, Samuel Grzybowski, revendique de faire pression sur les candidats pour les obliger à participer.

"Ils peuvent retirer mon nom", a fait savoir Anne Hidalgo. "C'était censé être quelque chose de frais, de positif, d'une arrivée des citoyens - et c'est très bien que les citoyens se mêlent des processus de choix. Mais ça, franchement, c'est totalement disqualifiant", a-t-elle estimé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.