Présidentielle: "Formons une belle équipe", dit Bertrand à Pécresse et Wauquiez

Présidentielle: "Formons une belle équipe", dit Bertrand à Pécresse et Wauquiez
Xavier Bertrand le 27 juin 2021 à Saint-Quentin après sa réélection à la tête des Hauts-de-France

publié le lundi 28 juin 2021 à 11h10

Xavier Bertrand, en route vers la présidentielle après avoir remporté un second mandat à la tête des Hauts-de-France dimanche, a appelé lundi Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez, également réélus, à former "une belle équipe" pour 2022.

"Formons une belle équipe", a-t-il lancé depuis Douai (Nord), interrogé sur BFMTV sur son message à ses homologues des régions Ile-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes. Parce que "quand il y a une grande et belle équipe de France, je suis persuadé qu'elle l'emporte, pas pour elle, pas pour avoir un palmarès, tout simplement car elle rend fier et en plus cette belle équipe de France, je pense qu'elle peut faire des choses bien pour la France".

Meilleur espoir de la droite en 2022 selon les sondages, en dépit de son départ de LR en 2017, Xavier Bertrand a annoncé dès mars sa volonté d'être "le troisième homme" de la présidentielle, à condition de remporter un second mandat régional. 

C'est chose faite avec un score de 52,37% au second tour des régionales, loin devant le RN Sébastien Chenu, à 25,64%.

L'ex-LR Valérie Pécresse, présidente sortante en Ile-de-France, a elle aussi été réélue (45,92%), devant la liste d'union de la gauche emmenée par l'écologiste Julien Bayou (33,68%). Même chose pour  le LR Laurent Wauquiez en Auvergne-Rhône-Alpes, avec un score de 55,17% contre 33,65% à la liste d'union de la candidate écologiste Fabienne Grebert.

"Ce résultat me donne la force d'aller à la rencontre de tous les Français", avait immédiatement réagi Xavier Bertrand dimanche soir à propos de sa propre réélection. 

"Maintenant, tout le monde a compris que la présidentielle est désormais un match à trois. Le match à deux a du plomb dans l'aile: Marine Le Pen engueule ses électeurs - c'est du jamais-vu - et Emmanuel Macron cherche encore à enjamber le scrutin", considérait-il aussi dans un entretien avec Les Echos jeudi, rapporté par le quotidien économique dimanche soir.

La droite n'a "pas de candidat naturel", a estimé toutefois lundi sur France 2 le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau, candidat à une possible primaire de la droite en vue de 2022, en réclamant "une méthode de départage".

"Le succès aux territoriales, cela ne veut pas dire forcément le succès aux présidentielles. Simplement, la droite est majoritaire et rien n'est joué", a-t-il ajouté.

Néanmoins, "seule la droite peut perturber le face-à-face entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen" selon lui, à deux conditions: "l'unité", et "une ligne claire". "Pour ceux qui sont sur la ligne de départ, on peut se parler. Si on va en ordre dispersé, si on est à nouveau la droite la plus bête du monde (...), si on est désunis, ce sera terminé", a-t-il mis en garde.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.