Présidentielle: Abad (LR) plaide pour que la droite désigne "rapidement" son candidat à la rentrée

Présidentielle: Abad (LR) plaide pour que la droite désigne "rapidement" son candidat à la rentrée
Le président du groupe LR à l'Assemblée nationale Damien Abad, le 15 juillet 2020

publié le samedi 29 mai 2021 à 11h35

Le patron des députés LR Damien Abad a plaidé samedi pour que la droite désigne "rapidement" à la rentrée son candidat pour la présidentielle de 2022, afin d'"incarner" chez les électeurs une possible "alternance" à Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

"Il y a urgence à faire en sorte qu'on puisse trouver ce candidat" et "il faudra que ce choix soit fait rapidement à la sortie des vacances d'été", a affirmé sur France Inter M. Abad.

Le parti envisage pour le moment de désigner le candidat à l'automne, vers octobre-novembre, mais pour M. Abad "à la rentrée de septembre il faudra que la désignation du candidat se précise".

Car "quand on n'a pas de candidat, on est exposés. Tout le monde chez LR souhaite porter les couleurs et valeurs de notre famille politique. La difficulté est qu'on n'incarne pas suffisamment une alternance politique", a-t-il affirmé.

Pour désigner le candidat, mieux vaut selon lui "une discussion entre tout le monde, qui nous permette de constater lequel est le mieux placé".

"Je ne crois pas à la primaire" que "notre parti n'est pas en capacité d'organiser" et qui "va créer une logique d'écuries et de couloirs", a ajouté M. Abad.

Le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand (ex-LR), qui a déjà officialisé sa candidature pour 2022, "est un homme de droite" et François Baroin "a tous les atouts pour porter l'étendard" même s'il ne semble pas vouloir se présenter, mais "on a d'autres talents", a souligné M. Abad, en évoquant notamment la présidente (ex-LR) de l'Ile-de-France Valérie Pécresse.

"On doit tous revenir à la raison, comprendre que si on ne porte pas une seule candidature et qu'on se contente d'un concours de beauté, on ne sera pas au deuxième tour", a-t-il averti, alors qu'à l'approche des régionales, la droite est secouée par la question d'éventuelles alliances.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.