Présidentielle 2022 : Ségolène Royal "émue" du soutien des hommes de LR à Valérie Pécresse

Présidentielle 2022 : Ségolène Royal "émue" du soutien des hommes de LR à Valérie Pécresse
Ségolène Royal, le 6 septembre 2020 au Festival américain de Deauville.

publié le lundi 06 décembre 2021 à 13h04

La finaliste de la présidentielle de 2007 a été "touchée" par la photo de famille des Républicains après la victoire de Valérie Pécresse à la primaire. "Force est de constater que les hommes politiques autour de Valérie Pécresse ont été très corrects.

Ce que je n'ai jamais eu", a-t-elle déploré auprès du Parisien.

Désignée candidate Les Républicains samedi 4 décembre à l'issue de la primaire, Valérie Pécresse est la première femme à représenter son parti à une élection présidentielle. La présidente de la région Île-de-France peut compter sur le soutien de ses anciens adversaires, Xavier Betrand, Michel Barnier, Philippe Juvin et le finaliste Éric Ciotti, en témoigne la photo de famille sur laquelle ils figurent tous, aux côtés de la candidate, mais aussi du président du Sénat Gérard Larcher et du président du parti Christian Jacob.




Une image de cohésion qui a particulièrement "touché" Ségolène Royal. "Force est de constater que les hommes politiques autour de Valérie Pécresse ont été très corrects, présents", souligne la finaliste PS de la présidentielle de 2007 auprès du Parisien dimanche 5 décembre. "Ce que je n'ai jamais eu : les ténors socialistes à l'époque ont tous boudé, sauf quelques-uns", confie-t-elle.

En novembre 2006, Ségolène Royal avait remporté la primaire socialiste avec plus de 60% des voix dès le premier tour, loin devant ses adversaires Laurent Fabius (18%) et Dominique Strauss-Kahn (20%). "On était avant #MeToo et un ancien Premier ministre pouvait me traiter d'impasse. Ce contraste m'a émue", explique-t-elle. L'ancienne ministre fait référence au livre de Lionel Jospin publié à l'automne 2007, "L'impasse", qualifié de "pamphlet anti-Royal" par le quotidien. 

"Qui va garder les enfants ?", avait dit Laurent Fabius après la victoire de Ségolène Royal. "Si un homme de droite tenait un propos aussi sexiste au sujet de Pécresse, il serait sanctionné, dégagé de la campagne", commente l'ancienne candidate.

"Les hommes de mon parti n'étaient pas prêts. Beaucoup plus secoués que ceux de LR aujourd'hui de voir une femme leur passer devant", analyse-t-elle. Et d'ajouter, comme une pique à son ancien compagnon de l'époque, François Hollande, qui était premier secrétaire du PS : "Pécresse, elle, a un mari qui la soutient, c'est un atout considérable."
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.