Présidentielle 2022 : Robert Ménard lâche Marine Le Pen

Présidentielle 2022 : Robert Ménard lâche Marine Le Pen
Robert Ménard à Sète, le 22 janvier 2020.

, publié le jeudi 18 juin 2020 à 12h43

Marine Le Pen a beau être "courageuse", "elle ne sera pas le prochain chef de l'État".

Marine Le Pen ne sera pas élue présidente de la République en 2022, Robert Ménard en a l'intime conviction. "Elle est la certitude, pour monsieur Macron, qu'il sera chef de l'État, et je ne veux pas ça", a-t-il déclaré jeudi 18 juin sur BFMTV.

La présidente du Rassemblement national (RN) s'est déjà déclarée candidate pour la prochaine échéance présidentielle.

Et déjà, elle subit une première désertion, en la personne du très médiatique maire de Béziers, Robert Ménard. Élu maire en 2014 avec le soutien du RN, l'ancien journaliste ne peut pas se "résigner à une défaite annoncée de Marine Le Pen. Cette dernière va "bien sûr" perdre un éventuel duel avec le président sortant, en 2022.


"Elle est l'assurance-vie de monsieur Macron, elle est la certitude pour monsieur Macron qu'il sera chef de l'État et je ne veux pas ça."

"Elle va perdre parce qu'elle incarne une opposition protestataire, a-t-il estimé. Mais en même temps, quand vous aspirez à être chef de l'État, sur un certain nombre de terrains, économique, sur un certain nombre de postures, il faut être réaliste. Aujourd'hui, un candidat du Rassemblement national, étiqueté Rassemblement national, je vous garantis qu'il ne sera pas chef de l'État."

"Marine Le Pen, je la trouve courageuse, je la trouve opiniâtre, je lui trouve une énergie, mais elle ne sera pas le prochain chef de l'État, a insisté Robert Ménard. Ses idées ne sont pas majoritaires."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.