Présidentielle 2022 : Philippe Juvin se lance dans la course à l'Elysée

Présidentielle 2022 : Philippe Juvin se lance dans la course à l'Elysée
Philippe Juvin, en août 2020, à La Baule

publié le mardi 27 juillet 2021 à 08h48

L'édile de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine), également chef des urgences de l'hôpital Pompidou à Paris, a occupé les devants de la scène médiatique depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19.

Le médecin et maire LR de La Garenne-Colombes Philippe Juvin a annoncé sa candidature à l'Elysée en vue de la future primaire à droite.


"En cinq ans, Emmanuel Macron a dressé les Français les uns contre les autres. La communication a remplacé la recherche de solutions.

(...) Des solutions de bon sens existent. Je les défendrai dans une primaire de la droite et du centre", a affirmé l'ex-eurodéputé dans un entretien publié sur le site internet du Figaro, lundi 26 juillet.

Agé de 57 ans, le chef des urgences de l'hôpital Pompidou à Paris a acquis une certaine renommée médiatique à la faveur de ses nombreuses interventions pour commenter l'épidémie de Covid-19. 

Se présentant comme le "candidat des services publics", Philippe Juvin propose d'engager trois chantiers s'il était élu: "une baisse d'impôts massive, un plan d'égalité des territoires (pour 1 euro versé aux villes, il faut 1 euro pour les campagnes) et le transfert de nouveaux pouvoirs aux collectivités locales, notamment en matière de santé et de sécurité".

Dans son interview au Figaro, Philippe Juvin prend soin d'épargner les deux cadors de la droite déjà lancés dans la course à l'Elysée : le patron des Hauts-de-France Xavier Bertrand et son homologue en Ile-de-France Valérie Pécresse (Libres!) qui a officialisé sa candidature le 22 juillet. Il a rendu hommage au premier, ancien ministre de la Santé, et a salué le travail de la seconde lorsqu'elle était à la tête de l'Enseignement supérieur sous le quinquennat Sarkozy. Il revendique cependant être lui, "élu et médecin, donc connecté à la réalité". 

Philippe Juvin faisait partie des cinq candidats potentiels de la droite à l'élection présidentielle (Bruno Retailleau, Michel Barnier, Laurent Wauquiez et Valérie Pécresse à se réunir le 20 juillet à Paris pour se mettre d'accord pour envisager une "candidature unique", alors que Xavier Bertrand, absent, refuse à ce stade de participer à une primaire. Le parti fixe le 25 septembre comme date butoir pour que les candidats putatifs s'entendent. Après Valérie Pécresse, il est le deuxième participant à cette réunion à dévoiler ses ambitions seulement six jours après sa tenue.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.