Présidentielle 2022 : pas de pass sanitaire exigé pour assister aux meetings politiques

Présidentielle 2022 : pas de pass sanitaire exigé pour assister aux meetings politiques
Meeting du candidat Emmanuel Macron le 23 avril 2021 à Paris.

publié le vendredi 22 octobre 2021 à 12h33

"La participation de tous les citoyens à la vie politique de la Nation est l'un des principes fondateurs de notre République", explique le ministre de l'Intérieur  dans un courrier envoyé aux présidents des groupes parlementaires et consulté par plusieurs médias, pour justifier l'absence de pass sanitaire aux meetings politiques. 

Indispensable aujourd'hui pour se rendre au cinéma, au restaurant ou encore prendre le train et l'avion, le pass sanitaire ne sera en revanche pas nécessaire pour assister aux meetings politique qui se tiendront dans le cadre de l'élection présidentielle 2022, révèlent cette semaine plusieurs médias. 



"La participation de tous les citoyens à la vie politique de la Nation est l'un des principes fondateurs de notre République", justifie le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin dans un courrier envoyé aux présidents des groupes parlementaires fin septembre et consulté par plusieurs médias. Toutefois, les autorités invitent les organisateurs de meetings politiques à faire respecter "les autres mesures sanitaires permettant de limiter la diffusion du virus".



Gérald Darmanin précise qu'il suit l'avis du Conseil constitutionnel du 31 mai 2021, qui avait indiqué que les réunions politiques n'entraient pas dans le champ des grands rassemblements de personnes où les participants doivent disposer du pass sanitaire. 

C'était notamment le cas pour les universités d'été des mouvements et partis politiques, même si la majorité des partis l'ont exigé de leur propre initiative à l'entrée de leurs évènements publics, souligne RTL.

Dans cette même logique, le pass sanitaire ne devrait être demandé pour se rendre aux urnes. Si le passe sanitaire devait être réactivé, il ne le serait pas pour le fait d'aller voter", a assuré début octobre sur France 3 le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. 




Le pass sanitaire devrait être prolongé au-delà du 15 novembre au vu de la situation épidémique sur le front du Covid-19, a laissé entendre mercredi ce dernier, qui ne voit "pas comment une adaptation pourrait intervenir" dans l'immédiat. Le gouvernement l'allégera "dès lors que ce sera possible (...): on est ni fétichiste du pass sanitaire, ni fétichiste du QR code, ni fétichiste des mesures de contraintes", a-t-il répété à l'issue du Conseil des ministres.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.