Présidentielle 2022 : LFI ne veut pas de "compromis à l'eau tiède" autour d'une candidature commune à gauche

Présidentielle 2022 : LFI ne veut pas de "compromis à l'eau tiède" autour d'une candidature commune à gauche
La députée insoumise Clémentine Autain à l'Assemblée en décembre 2020.

publié le dimanche 04 avril 2021 à 12h15

"Ce n'est pas seulement l'union entre les partis existants qu'il faut rechercher, mais le projet qui peut fédérer, créer le mouvement et créer la surprise pour déjouer le duo Macron - Le Pen", a estimé dimanche la députée insoumise Clémentine Autain. 

Pourrait-il avoir une candidature commune aux écologistes et à la gauche pour la présidentielle de 2022 ? Alors que le député européen EELV Yannick Jadot prévoit de réunir "sous 15 jours" les dirigeants écologistes et de gauche qui ont répondu favorablement à son appel de réfléchir à un "grand projet d'espérance" pour 2022, un accord est-il possible ?



"On a une responsabilité à se parler et à chercher la voix mais pas question de se rabattre pour arriver sur un compromis à l'eau tiède qui ne permettrait pas une dynamique populaire", a estimé Clémentine Autain, députée La France insoumise, dimanche 4 avril sur franceinfo. "Et sans dynamique populaire, il n'y a pas de victoire en 2022", a poursuivi celle qui est également tête de liste de LFI et du PCF pour les régionales en Île-de-France. "Ce n'est pas seulement l'union entre les partis existants qu'il faut rechercher, mais l'union dans le pays et donc le projet qui peut fédérer, créer le mouvement et créer la surprise pour déjouer le duo Macron - Le Pen", a-t-elle ajouté.

Le leader insoumis Jean-Luc Mélenchon avait exprimé la semaine dernière son accord pour "rencontrer personnellement" Yannick Jadot, "comme nous l'avions fait en 2017 avant que vous rejoigniez Benoît Hamon". "Heureux que vous y soyez prêt à votre tour", a-t-il glissé dans un tweet. "Le danger d'extrême droite est devenu extrême. Vous avez raison de tendre la main", a-t-il ajouté.

Olivier Faure, Fabien Roussel et Benoît Hamon, leaders respectifs du PS, du PCF et de Générations, ont également répondu favorablement à l'invitation de Yannick Jadot, qui a expliqué dans le Journal du Dimanche du 4 avril être convaincu qu'un candidat commun à la présidentielle de 2022 pourrait être désigné à l'automne. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.