Présidentielle 2022 : "La gauche fait comme si elle avait déjà perdu", déplore François Hollande

Présidentielle 2022 : "La gauche fait comme si elle avait déjà perdu", déplore François Hollande
L'ancien président François Hollande, le 24 septembre 2021.

publié le mercredi 20 octobre 2021 à 13h45

Pour l'ancien président, il est pourtant "possible d'avoir une majorité électorale pour la gauche". "Ceux qui sont difficiles à concilier hélas, ce sont les appareils partisans, et un certain nombre de personnalités qui ne veulent pas l'unité", a-t-il regretté, citant notamment le candidat insoumis Jean-Luc Mélenchon.

"La gauche fait comme si elle avait déjà perdu" l'élection présidentielle, a regretté mercredi 20 octobre sur France inter l'ancien président de la République François Hollande.

"Certains disent 'On va enjamber la présidentielle puisque nous sommes divisés, incapables de nous unir, portés par une personnalité autour d'un programme, alors nous allons préparer les législatives'. Mais il n'est pas possible de gagner aux législatives quand on a été morcelé à la présidentielle", a estimé l'ancien chef d'État. 



Pour l'ex-président, si Emmanuel Macron est en haut des intentions de vote aujourd'hui, c'est qu'il "n'y a pas d'alternative sérieuse, et donc c'est une sorte de choix par défaut". "Mais ça, ce n'est pas sa responsabilité, c'est celle de l'ensemble de la vie politique : effondrement des partis politiques, montée du populisme, et enfin, la dislocation de la gauche, avec pas moins de cinq candidats qui se réclament de la gauche", a analysé François Hollande.


Il est pourtant selon lui "possible d'avoir une majorité électorale pour la gauche". "Ceux qui sont difficiles à concilier hélas, ce sont les appareils partisans, et un certain nombre de personnalités qui ne veulent pas l'unité", a ainsi regretté l'ancien président, réitérant les critiques formulées dans son livre Affronter, paru ce mercredi, concernant le candidat insoumis Jean-Luc Mélenchon.

"C'est un fardeau pour la gauche", a jugé François Hollande. "Non pas parce qu'il ne représente rien. Mais pour qu'il y ait une alternative, il faut l'idée d'un programme commun, d'un gouvernement commun. Or Jean-Luc Mélenchon, par ses positions, et par sa personnalité, l'interdit, ce gouvernement commun", a-t-il fustigé. "Au secours le zombie Hollande est de retour. Plus méchant que jamais il mord tout ce qui bouge. Changez de trottoir quand il passe", a réagi le leader LFI sur Twitter.


Pour que la gauche puisse arriver au pouvoir, François Hollande considère qu'il faut "une personnalité, une candidature, que j'estime devoir être social-démocrate, pour être la force principale autour de laquelle l'union se fait au second tour". La candidate socialiste à la présidentielle Anne Hidalgo, selon lui, "a vocation à jouer ce rôle", mais "il n'y a pas encore de début de campagne", a-t-il regretté. "C'est dans les semaines qui viennent qu'il y aura l'affirmation d'un projet", a-t-il ajouté.

Interrogé sur son rôle dans l'état de la gauche, François Hollande a expliqué : "La gauche je l'ai laissée il y a 5 ans, je veux bien croire à ma responsabilité (...) mais depuis 5 ans, est-ce que la gauche a travaillé, est-ce qu'elle a bâti un programme ?". "Si je suis aussi inquiet pour mon pays, c'est parce que la politique ne joue pas son rôle", a-t-il insisté.

Les commentaires de l'ancien président, qui avait déjà brocardé lundi dans le journal Le Parisien / Aujourd'hui en France, les "candidatures lilliputiennes" à gauche et Emmanuel Macron, "un voyageur sans boussole", ont suscité de vives critiques à gauche et dans la majorité mardi.

"Chez François Hollande l'amertume est plus forte que tout. Il démolit son camp, étrille ses adversaires, étale sa rancoeur, mais jamais ne se place à la hauteur de ce que devrait être celle d'un ancien Président. Il est devenu le commentateur aigri de la vie politique du pays", a estimé le député LREM Pieyre-Alexandre Anglade. Lieutenant de Jean-Luc Mélenchon, le député LFI Adrien Quatennens l'a qualifié de "fossoyeur de la gauche".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.