Présidentielle 2022 : Jean-Luc Mélenchon exhorte les jeunes à "passer les hypocrisies au karcher"

Présidentielle 2022 : Jean-Luc Mélenchon exhorte les jeunes à "passer les hypocrisies au karcher"
Jean-Luc Mélenchon, le 17 octobre 2021, à Reims.

publié le dimanche 17 octobre 2021 à 13h40

A la peine dans les sondages, le candidat Insoumis cherche à mobiliser les jeunes, qui étaient une composante importante de son électorat en 2017.

A six mois de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a réuni ses troupes ce week-end lors d'une convention à Reims pour leur présenter son nouveau mouvement,  l'Union populaire, également slogan de sa campagne. "L'Union populaire est l'union à la base, puisque l'union au sommet n'est pas possible compte tenu de tous ceux qui n'en ont pas voulu quand il était temps et qui n'en veulent toujours pas du fait des contradictions de programme", a expliqué le candidat lors de son meeting de clôture dimanche 17 octobre.



"La victoire est possible", a martelé le député Insoumis des Bouches-du-Rhône devant les 2.000 militants rassemblés au Parc des expositions, notamment grâce au vote des abstentionnistes.

"Les sondages montrent que le deuxième tour est à une portée de petits points, bien plus facile qu'en 2016 lorsque nous avions entrepris notre campagne", a-t-il poursuivi, alors que les intentions de vote que lui prêtent les sondages stagnent entre 7 et 13%, loin derrière Emmanuel Macron.

"Vous méritez un monde moins moche"

Jean-Luc Mélenchon s'est en particulier adressé aux jeunes, qui étaient une composante importante de son électorat en 2017, lorsqu'il avait atteint la quatrième place avec 19,58% des voix. "Ce monde est beau et vous méritez un monde moins moche que celui qu'ils se préparent à vous laisser", a-t-il lancé, en référence au chef de l'Etat. "Mais vous n'aurez rien du tout si vous ne faites rien, si vous laissez aller, si au contraire de vos mères et de vos pères qui se sont battus (...), vous restez par extraordinaire mollement alanguis en attendant que ça se tasse", a-t-il tonné.

"Nous avons besoin de tout ce que vous êtes capables de nous donner, de votre participation vigilante, aguerrie, exigeante, qui vous fait lire jusqu'à la dernière ligne des programmes", a plaidé celui qui se targue, à six mois du premier tour, d'être le seul à avoir un programme.

Jean-Luc Mélenchon a égratigné l'écologiste Yannick Jadot, modéré et pro-Union européenne, avec qui il est au coude-à-coude dans les sondages et qui pourrait lui disputer le vote des jeunes : "Demandez-vous comment feront tous ces beaux parleurs (...) pour faire l'écologie politique sans s'attaquer au capitalisme, du protectionnisme écologique avec des traités européens qui prévoient le libre-échange" et en "bêlant en cadence 'L'Europe, l'Europe, l'Europe'". Selon lui, "c'est ce genre d'hypocrise que la jeune génération doit passer au karcher". "L'écologie sans lutte des classes, c'est du jardinage".

"Macron est entré par effraction et il veut y rester par dissimulation"

L'élu de Marseille n'a pas non plus manqué d'étrillé Emmanuel Macron, "entré par effraction (qui) veut y rester par dissimulation". "Il n'est pas président parce qu'il est candidat, mais il ne le dit pas pour que cela ne rentre pas dans ses comptes de campagne", a-t-il dénoncé, avant de l'attaquer sur son bilan et son programme. 

"Vous avez adoré l'explosion des prix du gaz et de l'électricité ? Il a promis qu'il y aura la suppression des tarifs réglementés du gaz en 2023. Il a promis une nouvelle réforme de l'assurance-chômage. Il a promis de ramener le déficit du budget de 9% à 3% : la plus terrible crise d'austérité de l'histoire de la République ! Si vous le laissez faire, alors il va augmenter la cadence actuelle de ce qu'il fait", a-t-il énuméré.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.