Présidentielle 2022 : "Je suis convaincu qu'on peut gagner" grâce à l'union de la gauche, assure Yannick Jadot

Présidentielle 2022 : "Je suis convaincu qu'on peut gagner" grâce à l'union de la gauche, assure Yannick Jadot
L'eurodéputé EELV Yannick Jadot.

publié le dimanche 04 avril 2021 à 19h43

"Je suis convaincu que c'est autour de l'écologie qu'on peut rassembler", a estimé l'eurodéputé EELV Yannick Jadot ce dimanche 4 avril sur BFMTV.

L'eurodéputé EELV Yannick Jadot a lancé un appel aux dirigeants écologistes et de gauche en vue de la présidentielle de 2022. Il prévoit ainsi de réunir "sous 15 jours" ceux qui y ont répondu favorablement pour réfléchir à un "grand projet d'espérance" pour 2022.


Parmi les partis sollicités, La France Insoumise.

Sur le plateau de BFMTV ce dimanche 4 avril, il rappelé ses "différences politiques" avec Jean-Luc Mélenchon et a justifié l'élargissement de son appel à l'extrême gauche.

"On ne peut pas matin, midi et soir, constater la menace du Front national (Rassemblement national, NDLR) dans notre pays. Les mentors de Marine Le Pen, c'est Trump, Bolsonaro, c'est le chaos démocratique. C'est une crise économique, social, écologique sans précédent", a prévenu le député européen.


"Je veux gagner"

"On voit que le président de la République n'est plus un rempart ni à l'extrême droite, ni au dérèglement climatique, ni à la réconciliation sociale et territoriale de ce pays. Nous avons une responsabilité, c'est de nous parler, de travailler à des réponses aux urgences, aux périls que je viens de citer", a martelé Yannick Jadot.

L'eurodéputé est certain du succès d'une candidature commune autour de son parti. "Je suis convaincu que c'est autour de l'écologie qu'on peut rassembler. On a une pandémie qui vient d'une crise écologique - la déforestation, la transmission des virus. (...) Je veux gagner, je suis convaincu qu'on peut gagner", a-t-il ajouté.

Le numéro deux de LFI Adrien Quatennens a de son côté précisé ce dimanche sur BFMTV que son parti avait proposé la date du 7 avril pour un "acte 1, avant de discuter candidature et programme : pour résister à l'offensive de l'extrême droite dans le pays".

"Jadot parle en son nom à lui"

Il s'est félicité que Yannick Jadot ait compris "qu'on peut difficilement se passer du candidat le mieux placé" à gauche, soit Jean-Luc Mélenchon.

"Nous avons un programme, nous le mettons sur la table. Jean-Luc Mélenchon ne dit pas c'est pas à prendre ou à laisser" et "jusqu'à l'été, la discussion programmatique est ouverte", selon le député insoumis.

"Il y a une difficulté (...): Yannick Jadot ne parle pas au nom des Verts, il parle en son nom à lui", a-t-il cependant relevé Adrien Quatennens.

Alors qu'une primaire est déjà prévue en septembre pour le pôle écologiste regroupant notamment EELV et Générations, Yannick Jadot, qui a pris ses distances à l'égard de ce processus, assure que "les écologistes ne pourront pas imposer aux autres (à gauche) leur candidature". Et d'ajouter : "Si un processus permet d'envisager la victoire, j'espère que chacun s'inscrira dans ce mouvement".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.