Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron et Marine Le Pen toujours en tête dans les sondages

Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron et Marine Le Pen toujours en tête dans les sondages
Emmanuel Macron au Touquet et Marine Le Pen à Hénin-Beaumont, le 7 mai 2017.

, publié le mercredi 03 février 2021 à 19h05

Au deuxième tour, c'est Emmanuel Macron qui emporte la mise, avec 56% des voix.

Finalistes en 2017, Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont toujours en tête dans les sondages pour le premier tour de l'élection présidentielle en 2022, avec un chef de l'État crédité de 24 à 27% des intentions de vote, et la cheffe du RN de 25 à 26,5%, selon sept scénarios d'un sondage publié mercredi 3 février.

Au second tour, le président sortant l'emporte avec 56% des voix face à la candidate d'extrême droite (44%), selon le scénario 2 de cette étude Ipsos Sopra-Steria pour L'Obs et franceinfo.


Parmi les électeurs de François Fillon en 2017, environ un tiers voteraient, si la présidentielle avait lieu le 31 janvier, pour Emmanuel Macron, et entre 13 et 18% pour Marine Le Pen, tandis que 13 à 16% des électeurs d'Emmanuel Macron voteraient pour Xavier Bertrand, dans tous les scénarios proposés à gauche -Xavier Bertrand est le candidat de la droite à chaque fois. Dans leur propre électorat, 62 à 65% des électeurs d'Emmanuel Macron revoteraient pour lui, et 82 à 87% de ceux de Marine Le Pen revoteraient pour elle.


Le président ex-LR des Hauts-de-France Xavier Bertrand est crédité de 14 à 16% des intentions de vote, devant le chef de file de LFI Jean-Luc Mélenchon (9 à 10%), la maire PS de Paris Anne Hidalgo (8 à 16% si elle soutenue par EELV), le président de DLF Nicolas Dupont-Aignan (6 à 7,5%), l'eurodéputé EELV Yannick Jadot (7 à 17% s'il est soutenu par le PS) et l'ancien ministre souverainiste Arnaud Montebourg (4 à 4,5%). 

Environ 38% des Français estiment qu'Emmanuel Macron ferait un "bon président", score le plus élevé parmi le panel de 12 personnalités présentées, suivi par Marine Le Pen (30%) et Xavier Bertrand (29%).

L'étude a été réalisée les 27 et 28 janvier par internet auprès d'un échantillon de 1.000 personnes inscrites sur les listes électorales, constitué suivant la méthode des quotas.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.