Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron "en a très envie, mais la décision n'est pas encore prise", confie Brigitte Macron

Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron "en a très envie, mais la décision n'est pas encore prise", confie Brigitte Macron
Brigitte Macron, le 12 janvier 2022 à Paris, pour le lancement des Pièces Jaunes.

publié le vendredi 14 janvier 2022 à 10h55

La première dame assure que la décision du chef de l'Etat de se représenter ou non sera prise sans son avis. "Je lui ai demandé de ne pas me demander mon avis", a-t-elle expliqué vendredi matin sur RTL.

A trois mois du scrutin, la plupart des candidats à la présidentielle se sont déclarés...

mais pas Emmanuel Macron. Alors que l'opposition lui reproche de profiter de son statut pour faire campagne, le président sortant n'a pas encore fait part de ses intentions. Invitée vendredi 14 janvier de RTL, Brigitte Macron a assuré qu'elle même n'en savait rien. 



"Il en a très envie mais la décision n'est pas encore prise", a assuré la première dame et présidente de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, invitée à l'occasion du lancement de l'opération Pièces Jaunes. "Je lui ai dit : 'Ta décision, tu me la donneras en même temps que tu la donneras aux autres'", a-t-elle expliqué. 

Ce n'est pas une décision qui se prend à deux, a en effet souligné Brigitte Macron. "C'est trop important. Il faut sentir sa relation avec les Français, ceux qui vous veulent et ceux qui ne vous veulent pas. Il faut sentir où vous voulez les emmener, pourquoi vous voulez les emmener là-bas. C'est quelque chose de tellement lourd et de tellement fort. J'ai le plus grand respect pour tous ceux qui se présentent à la présidence de la République. C'est titanesque ce qu'on leur demande", a-t-elle assuré. "Je lui ai demandé de ne pas me demander mon avis", a-t-elle encore dit.

"Je m'excuse auprès de mes proches de ce que je ne leur donne pas"

D'autant que rien ne dit que la première dame souhaite rester cinq ans de plus à l'Elysée. "J'ai un regret", a-t-elle confié, celui de "ne pas consacrer assez de temps à mes amis et à mes proches" depuis plus de quatre ans. 

"Je dis à mes amis : 'Ne dites pas que vous êtes amis avec moi'", a-t-elle indiqué, expliquant avoir "le sentiment de nuire aux gens" qu'elle aime "parce qu'ils sont proches de nous, on peut leur faire du mal". "C'est quelque chose d'extrêmement difficile. Ca, je l'ai compris", a-t-elle déploré, soulignant par exemple qu'elle n'allait plus chercher ses petits-enfants à la sortie de l'école. "Je m'excuse auprès de mes proches de ce que je ne leur donne pas", a-t-elle insisté.

"On touche à la généalogie de mes parents, et là c'est impossible"

Brigitte Macron est par ailleurs revenue sur les rumeurs relayées sur les réseaux sociaux affirmant qu'elle était un homme. Si elle a d'abord "regardé ça de loin", elle a finalement décidé de porter plainte le 20 décembre dernier. Les auteurs de ces attaques auraient ainsi modifié les données généalogiques de la Première dame sur les sites de référence, affirmant qu'elle était en réalité son frère. "Là, on touche à la généalogie de mes parents, et là c'est impossible" a-t-elle insisté.

"Si je ne fais rien alors que cela fait quatre ans que je lutte contre le harcèlement, je ne suis pas audible. On va me dire : 'Vous ne faites rien'", a-t-elle ajouté, avant de reconnaître que c'était une bataille très compliquée. Même avec l'aide d'un avocat spécialisé, elle a mis "cinq jours et demi" à faire disparaître ces rumeurs, émises par "des femmes", selon elle.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.