Présidentielle 2022 : Anne Hidalgo assure qu'elle sera candidate jusqu'au bout pour le Parti socialiste

Présidentielle 2022 : Anne Hidalgo assure qu'elle sera candidate jusqu'au bout pour le Parti socialiste  ©Panoramic

publié le dimanche 31 octobre 2021 à 15h00

Candidate PS à l'élection présidentielle, Anne Hidalgo était l'invitée du Grand Jury RTL - LCI - Le Figaro, dimanche 31 octobre. Alors qu'elle peine à décoller dans les sondages, elle a affirmé qu'il y aura bien « un bulletin Anne Hidalgo » le 10 avril prochain, lors du premier tour du scrutin.

La campagne présidentielle d'Anne Hidalgo, actuelle maire de Paris, semble pour l'instant avoir du mal à toucher les Français. Elle n'est créditée que de 5% d'intentions de vote dans le dernier sondage Ipsos-Sopra Steria pour le Cevipof, la Fondation Jean-Jaurès et le Monde du 22 octobre.  Et d'autres sondages auparavant ne la créditaient guère de plus. La maire de Paris ne fait pas l'unanimité à gauche, se retrouvant toujours devancée par l'insoumis Jean-Luc Mélenchon et l'écologiste Yannick Jadot dans les enquêtes d'opinion. Mais malgré les critiques et les sondages en sa défaveur, la maire de Paris a assuré, face au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, dimanche 31 octobre, qu'elle ne se rangera derrière personne.

Et ce, alors que plusieurs voix se sont déjà élevées pour suggérer que l'édile s'efface au profil d'une candidature plus porteuse. "Oui, il y aura un bulletin Anne Hidalgo dans l'urne le 10 avril", le jour du premier tour de l'élection présidentielle, a-t-elle ainsi martelé.


"Je veux faire réussir la gauche et je veux faire réussir une gauche qui va gouverner", a-t-elle ajouté. Avant d'expliquer sa position : "Je suis candidate, portée par un courant politique qui est fort (...) qui est ce courant socialiste et social-démocrate. Et je porterai cette proposition parce que personne d'autre ne la porte". Mais pourquoi la candidate du parti socialiste peine-t-elle à convaincre ? Selon un sondage Ipsos-Sopra Steria pour franceinfo et Le Parisien publié le 22 octobre, un Français sur trois pense que la maire de Paris ne comprend pas les problèmes qui dépassent le cadre de la capitale. Même pour la candidature commune envisagée par la gauche, elle se positionne encore derrière Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot. Pourtant, le Parti socialiste avait décidé de faire les choses en grand, en officialisant la candidature d'Anne Hidalgo, à Lille, en compagnie de Martine Aubry et Bernard Cazeneuve. Insuffisant pour convaincre, semble-t-il.

Car même au sein de son propre parti, des voix se sont déjà élevés contre sa candidature. "J'attends de voir le résultat mais je suis convaincu qu'il y aura une recomposition politique du Parti socialiste après la présidentielle", annonçait Stéphane Le Foll sur les ondes de France bleu le 15 octobre. L'ancien porte-parole du gouvernement lors de la présidence de François Hollande ne veut d'ailleurs pas participer à la campagne d'Anne Hidalgo.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.