Présidentielle 2017 : une partie des socialistes désolés par la campagne de Hamon

Présidentielle 2017 : une partie des socialistes désolés par la campagne de Hamon©Panoramic
A lire aussi

6Medias, publié le jeudi 16 février 2017 à 10h00

Plusieurs députés socialistes regrettent une campagne trop discrète et mal menée du candidat Benoît Hamon.

À dix semaines du premier tour de l'élection présidentielle, l'inquiétude et la grogne montent chez une partie des socialistes. En cause : la campagne à contre-courant de Benoît Hamon.

Si le candidat avait su galvaniser les troupes avant sa victoire à la primaire le 29 janvier dernier, certains s'inquiètent aujourd'hui du "trou d'air" que traverse sa campagne, rapporte le Parisien, le 16 février. Les élus lui reprochent tour à tour des prises de paroles trop éparses, peu de déplacements ou encore des réponses jamais envoyées à des soutiens. Et mardi, lors de la réunion du groupe socialiste, les critiques ont fusé. "Il n'a pas dû réaliser qu'il est en campagne", s'énerve l'un d'entre eux, cité par le quotidien. "À force de jouer le décalage, on finit par sortir du jeu". "L'organisation tarde trop".

Exemple de cette grogne : la visite du candidat dans une ferme bio en Seine-et-Marne, lundi dernier. Un choix que beaucoup regrettent dans les rangs socialistes alors que l'affaire Théo occupait l'espace médiatique et donc les déclarations des autres candidats à la présidentielle. Pour faire bonne figure, l'équipe de campagne de Benoît Hamon a publié un communiqué dans lequel il condamnait les violences et refusait "l'instrumentalisation de l'affaire par Marine Le Pen".

Certains n'hésitent même plus à exposer ces difficultés publiquement, à l'image de Jean-Louis Gagnaire, député PS de la Loire. "Dur, dur de défendre le programme et la stratégie de Hamon ce matin", a-t-il notamment écrit sur son compte Twitter, à l'issue de la réunion du groupe socialiste. "Les soutiens de Hamon commencent à comprendre ce qu'est la vraie Fronde au sein du groupe socialiste à l'Assemblée", a-t-il ajouté. Du côté de l'équipe de campagne, ces critiques passent mal. "Faut bosser maintenant", s'agace-t-on.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
234 commentaires - Présidentielle 2017 : une partie des socialistes désolés par la campagne de Hamon
  • Sa" marche" s'est Marine pour moi aussi qui a toujour été a gauche..! gauche droite,gauche, droite, compagnie en avant..gauche droite ...!

  • J'ai toujours voté à gauche mais là je vais voter pour Marine

  • HAMON tel un gourou les bras levés, grand sauveur de la France avec l'aide des portefeuilles des contribuables......
    Il sort d'où cet énergumène ???

  • Ecœuré! De cette politique, avide de pouvoir diriger le Monde. Pendant, qu'une multitude de gens dans la misère, les fins de mois difficiles. Les classes moyenne dans une difficulté incompréhensive, ( qui payent pour les autres! ) Ou est l'égalité Fraternité liberté ? Ou est nôtre FRANCE ?

  • Les idéologues virtuels, qui pensent que d'un coup de baguette magique. Va remettre la France sur les rails? Cela me surprendrai. B. HAMON n'a pas la stature d'un Président de la République. Il fait rêver , les gens un peu trop naïfs, avec son revenu universel., pour cela il faut vider les finances de l'Etat, du moins de ce qu'il en reste. " Les caisses sont vides " Il nous propose du vent. Il copine avec Mélenchon! Ancien communiste. Il n'a rien dans le ventre pour défendre nos intérêts. Dans le fond nous sommes la risée du monde entier. Dont certains veulent nous faire disparaître, ainsi que l' EUROPE. Revenir au 18e siècle, nous clôturer comme du bétail, Français basique. je ne voterai jamais pour ces individus, qui ne pense qu'à s'enrichir, font de la politique pour le pouvoir. Diriger le monde, mettre la France a genoux. Les autres, les fermer dans une France asservie, par des dictateurs ou dictatrice. ( Je plains nos enfants )