Présidentielle 2017 : Michèle Alliot-Marie officiellement candidate

Présidentielle 2017 : Michèle Alliot-Marie officiellement candidate
Michèle Alliot-Marie le 13 février 2016.

Orange avec AFP, publié le jeudi 08 décembre 2016 à 20h20

Après avoir refusé de participer à la primaire de la droite, l'ancienne ministre annonce ce jeudi à 20 Minutes se présenter à l'élection présidentielle avec "une vision pour renouer avec un esprit de conquête pour la France".

"Ma décision est prise", déclarait-elle au Monde en juin dernier. Après s'être mise en retrait du parti Les Républicains durant l'entre-deux tours du scrutin puis avoir sorti un livre-programme ("Lettres à la Nouvelle France") le 26 novembre, Michèle Alliot-Marie officialise finalement ce jeudi 8 décembre sa candidature à la présidentielle 2017.

"Oui, je suis candidate à la présidence de la République", annonce cette gaulliste revendiquée dans un entretien à 20 Minutes.

"Surprise par (les) choix libéraux" de François Fillon, l'ancienne ministre "propose une vision pour renouer avec un esprit de conquête pour la France et pour chacun des Français". "Je me présente pour apporter quelque chose au débat et pour mon pays", affirme-t-elle, assurant n'avoir "jamais nui à (sa) famille politique".



L'ancienne ministre avait refusé de se présenter à la primaire de la droite. "Les primaires ne sont pas dans l'esprit de nos institutions. Le candidat issu d'un parti ne peut incarner l'unité nationale", explique celle qui fut la première femme à présider le RPR (1999-2002). "Cette primaire a été un succès quantitatif, mais je regrette que cela ait davantage porté sur des personnes que sur des projets pour changer la vie quotidienne des Français. Le petit bout de la lorgnette, avec un chiffre par ci, un chiffre par là, ne fait pas une politique", déplore-t-elle. "Il faut une vision à long terme, un projet cohérent et à la hauteur des enjeux", insiste-t-elle.

QUEL PROGRAMME ?

MAM, comme on la surnomme, valorise le rôle d'un État stratège, sur lequel "beaucoup font l'impasse", et protecteur. "Je suis pour la liberté des entreprises pour faire face à la concurrence étrangère, mais je pense que dans le monde actuel, l'État a toujours un rôle à jouer", explique-t-elle. Sur les sujets de société, elle "pense que toutes les questions fondamentales de société doivent faire l'objet d'un référendum". "Le mariage pour tous aurait pu faire l'objet d'un référendum", précise-t-elle plus loin. "Il y a une distinction entre une union civile et un mariage", affirme-t-elle par ailleurs.



Côté environnement, elle prône "le mix énergétique" et estime que "nous serions fous de renoncer au nucléaire". À l'international, elle n'écarte pas une alliance avec la Russie de Vladimir Poutine pour éradiquer la menace Daesh. "Cependant, le problème est plus vaste que la Syrie, prévient-elle. Il faut régler le conflit entre Israël et la Palestine, la situation en Irak et tant d'autres..."

Première femme ministre de la Défense, de l'Intérieur et des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie sera-t-elle la première femme présidente ? En attendant, elle assure avoir "la moitié des promesses des parrainages requis", et ce "sans faire aucune démarche".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.