"Préservons-nous", demande Piolle (EELV) à Mélenchon

"Préservons-nous", demande Piolle (EELV) à Mélenchon
Eric Piolle à Tours, le 21 juillet 2020.

publié le mardi 11 mai 2021 à 22h47

"Préservons-nous": le maire de Grenoble et potentiel candidat à la primaire écologiste Eric Piolle a plaidé pour l'apaisement entre EELV et LFI mardi auprès de l'AFP, après des déclarations offensives de Jean-Luc Mélenchon.

"Les écologistes ont un avenir aussi longtemps qu'on ne les voit pas à l'œuvre", a taclé le candidat Insoumis à la présidentielle dans un entretien au Monde mardi, après avoir récemment qualifié les dirigeants d'EELV de "faux jetons" - mécontent que les Insoumis aient été écartés de plusieurs alliances locales aux départementales et régionales de juin.

"Il y a des rassemblements dans plusieurs endroits, comme en Isère et en Hauts-de-France", lui a opposé Eric Piolle.

Avec les Insoumis, "nous sommes déjà à l'oeuvre ensemble dans plusieurs villes, comme Tours, Lyon, Poitiers, Grenoble", et aux régionales et départementales "nous avons besoin d'avoir un maximum de résultats pour amplifier les transitions" écologiques et sociales, a-t-il ajouté.

L'édile grenoblois a déploré des attaques "à quelques semaines des élections", alors que "c'est là qu'il faut garder son sang-froid". "Préservons-nous, laissons l'écolo-bashing aux macronistes", a lancé Eric Piolle.

Interrogé sur la critique, par le député LFI Ugo Bernalicis, de visuels EELV pour la campagne des Hauts-de-France, où les deux formations sont alliées dans une union large de la gauche, Eric Piolle s'est étonné: "Ugo était pourtant plein d'allant sur l'union quand je l'ai vu" récemment.

Eric Piolle, probable candidat à la primaire des écologistes en septembre, plaide depuis plusieurs mois pour un large "arc humaniste" à la présidentielle de 2022, incluant les Insoumis, contrairement à Yannick Jadot qui a acté ce qu'il pense être des divergences inconciliables.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.